Suivez-nous

Politique

Amnesty International: “le journalisme ne devrait jamais être un crime punissable”

Feriel Bouaziz

Publié

le

L’organisation Non Gouvernementale (ONG) Amnesty International a exigé ce lundi 3 mai à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, des autorités algériennes d’arrêter de poursuivre les journalistes et de leur permettre de faire leur travail de façon indépendante conformément aux normes internationales.

Nous demandons la libération immédiate et sans condition de Rabah Karèche. Le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté selon l’article 54 de la constitution algérienne” a déclaré la directrice d’Amnesty International Algérie, Hassina Oussedik.

Rabah Kareche est poursuivi pour “création d’un compte électronique pour y publier des renseignements pour la promotion d’un programme d’idées, d’informations, dessin ou photo susceptibles de provoquer la discrimination et la haine dans la société”, “atteinte à l’intégrité du territoire national” et “propagation des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics” conformément à l’article 34 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine et aux articles 79 et 196 bis du code pénal.

Subissant des“Harcèlements“, depuis des mois par la police judiciaire et convoqué à moult reprises par la section de la cybercriminalité, le journaliste a répondu, au total, à 5 convocations. Il avait été auditionné, avait-il précisé, “sur ordre du Procureur de la république au sujet d’articles de presse publiés dans le journal Liberté”.

La dernière convocation date du 18 avril, où ce dernier a été maintenu en garde à vue puis placé le lendemain soit le 19 avril, en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Tamnarasset.

Notons par ailleurs, que l’emprisonnement du journaliste a suscité la colère et l’indignation auprès de ces confrères journalistes ainsi que des citoyens lambda.

En effet, des sit-in de solidarité avec ce dernier ont été tenu le 25 avril devant le siège de son journal, un autre a également été organisé aujourd’hui à la place de la liberté de la presse à Alger à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse. Des journalistes, personnalités politiques s’étaient rassemblés pour “exiger sa libération” ainsi qu'”une presse libre” et une “justice indépendante“.

Pour rappel, après examen du dossier, la chambre d’accusation près la Cour de Tamanrasset a confirmé le 27 avril dernier la mise en détention provisoire du journaliste Rabah Karèche, rejetant par conséquent l’appel introduit par ses avocats.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR