Connect with us

Santé

EPH Boufarik : Montée de tension entre le personnel soignant et Dr. Mohamed Yousfi

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Hôpital de Boufarik

Un nouveau sit-in a été tenu aujourd’hui à l’EPH de Boufarik pour réclamer le départ du chef du service d’ infectiologie, Dr Mohamed Yousfi à qui on reproche de gérer la pandémie du coronavirus “par des décisions politiques”.

Quelques dizaines de médecins ont protesté, ce dimanche 29 mars, dans l’enceinte de l’EPH de Boufarik afin de réclamer le départ du Dr. Mohamed Yousfi, chargé de la direction du service d’infectiologie. Cette nouvelle protestation marque la montée de tension entre les deux cotés, puisque un autre sit-in a été organisé le jeudi 26 mars dans le même but.

Les protestataires dénoncent l’absence de Dr. Yousfi. Selon eux, ils sont seuls face à la pandémie du coronavirus. Lors du sit-in du 26 mars le représentant des travailleurs Dr. Noureddine Oukara, a dénoncé l’absence du directeur, d’après lui, «  sa porte est toujours fermée, il ne reçoit ni le personnel ni les malades » s’est-il écrié.

Sa mauvaise gestion de la pandémie du coronavirus a aussi été pointée du doigt, Selon le docteur Saloua Himed, Dr Mohamed Yousfi “gère la pandémie mondiale par des décisions politiques sans consulter le conseil de santé ni le personnel médical ».

Cette tension intervient alors que l’hôpital de Boufarik subit une grande pression à cause de la pandémie du Coronavirus. 220 cas sur les 511 cas recensés ont été enregistrés à la wilaya de Blida considérée jusqu’à maintenant comme la région du pays la plus touchée par la pandémie mondiale.

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Medag

    29 mars 2020 at 18:58

    Comment un épidémiologiste dirigé un service spécialisé d’infectieux?
    Anormal et sur réel..
    Exercice illégal d’une profession sans diplôme de la spécialité des maladies infectieuses.
    Yousfi médecin épidémiologiste ancien président du syndicat des spécialistes de sante5 publique
    Syndicat disparu de la circulation..
    Ce docteur yousfi comment et sur quelle base légale ou réglementaire puisse diriger 14 infectiologues alors qu’il n’est pas spécialiste de la discipline?
    C’est quoi cette anarchie légale et administrative du ministère de la santé et celles du code de déontologie médicale.. ministre de la santé et pseudo président du conseil de l’ordre des medecins6 sont ils aveugles ou complices.
    Le procureur de la circonscription doit s’autosaisir pour exercice illégal de la médecine infectieuse et la responsabilité penale6 et civile du chef d’établissement de l’hôpital de boufarik et sa tutelle le directeur de la santé de wilaya qui devront répondre judicieusement pour une grave violation de la loi et des règlements statutaires des praticiens médicaux spécialistes

    Une enquête urgente et en référé devra être effectuée en urgence par le tribunal compétent il péril pour la santé d’autrui en pleine epidemie.
    Ce Dr yousf i spécialiste en épidémiologie connaît très bien la loi et réglementations pour avoir été longtemps président du syndicat des spécialistes avant de se pavaner sur les plateaux de T V de manière inutile et tendancieuse.
    Demain le psychiatre va diriger la cardiologie et ainsi de suite..
    Un bordel ce ministère de la sante5 et une absence des autorités judiciaires.
    Un opportunisme criminel de ce docteur yousfi à rajouter à une violation grave des lois sur l’exercice des processions médicales et on le médiatisé encore bordel de pays?
    A t il une couverture et de qui?
    Bye bye Algérie.. .

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Covid-19 : 8 vaccins en essai clinique, selon l’OMS

Avatar

Published

on

By

© DR |

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, huit vaccins contre le coronavirus sont en essai clinique et 110 autres à différents stades de développement, alors que les gouvernements du monde entier se démènent pour contenir le virus.

Des sociétés pharmaceutiques et des instituts de santé dans des pays comme les Etats-Unis, la Chine et l’Allemagne ont dirigé le développement du traitement des patients atteints de COVID-19.

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi un projet national visant à accélérer le développement d’un vaccin contre le coronavirus, affirmant qu’il espérait des résultats d’ici la “fin de l’année” ou “peut-être avant”.

Au Japon, il est peu probable qu’un vaccin contre le virus, qui a tué environ 300.000 personnes dans le monde, soit disponible avant la fin de l’année, selon des experts médicaux.

La société de biotechnologie américaine Moderna Inc. a entrepris des essais cliniques depuis mars en collaboration avec l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses.

Les deux entités travaillent sur un vaccin qui contient de l’ARN, un matériel génétique synthétisé pour amener les cellules à produire des protéines similaires au coronavirus qui pourraient déclencher la réponse immunitaire de l’organisme pour produire des anticorps efficaces.

En Chine, quatre groupes figurent sur la liste de l’OMS, dont CanSino Biological Inc., qui tente de modifier génétiquement d’autres virus pour produire des protéines de coronavirus, ce qui pourrait déclencher une réponse immunitaire.

Le partenariat entre la société pharmaceutique américaine Pfizer Inc. et BioNTech SE, une société allemande d’immunothérapie, est également en cours.

Au Japon, six vaccins candidats sont toujours en évaluation préclinique, l’Université d’Osaka, l’Université de Tokyo et l’Institut national des maladies infectieuses y travaillant entre autres.

Le développement d’un vaccin efficace nécessite plusieurs étapes. Des premières études précliniques sont menées,impliquant généralement des expériences en laboratoire et sur des animaux, pour déterminer la force, la sécurité et l’efficacité du vaccin, suivies de plusieurs essais cliniques sur l’homme, et enfin le vaccin doit obtenir l’approbation du gouvernement pour être distribué au public.


Continue Reading

Santé

L’OMS appelle Pékin à l'”inviter” pour enquêter sur les origines du virus

Avatar

Published

on

© DR |Tedros Adhanom, Directeur général de l'OMS


Les autorités sanitaires mondiales, accusées par les Etats-Unis de ne pas avoir immédiatement saisi la gravité du nouveau coronavirus, ont appelé vendredi Pékin à les inviter à participer aux enquêtes sur les origines animales du virus.


“L’OMS souhaiterait travailler avec des partenaires internationaux et, à l’invitation du gouvernement chinois, participer à l’enquête sur les origines animales”, a indiqué un porte-parole de l’organisation, Tarik Jasarevic, à l’AFP.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui a jusqu’à présent couvert de louanges Pékin pour sa gestion de la crise, a expliqué vendredi qu’elle “croyait savoir qu’un certain nombre d’études visant à mieux comprendre l’origine de l’épidémie en Chine sont actuellement en cours ou prévues”. Mais “l’OMS ne participe pas actuellement à ces études en Chine”, a souligné le porte-parole.

Fin janvier, une délégation de l’OMS conduite par son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus s’était rendu à Pékin pour rencontrer le président Xi Jinping et convenir de la visite en Chine d’une équipe internationale de scientifiques, y compris de l’OMS.

Quelques jours auparavant, les 20 et 21 janvier, des experts du bureau de l’OMS en Chine avaient pu effectuer une brève visite de terrain dans la ville de Wuhan, berceau de l’épidémie.

Partie de Chine en décembre, l’épidémie a contaminé depuis plus de 3,2 millions de personnes dans le monde et fait au moins 230.000 morts malgré le confinement de plus de la moitié de l’humanité qui a mis à terre l’économie planétaire, selon une compilation de bilans officiels établie par l’AFP.

Si un grand nombre de pays ou de dirigeants ont apporté leur soutien à l’OMS, certains ont commencé à émettre des doutes ou des critiques. Les Etats-Unis, qui ont suspendu leur financement à l’organisation, l’accusent d’avoir trop tardé à sonner le tocsin afin de ne pas froisser Pékin.

Donald Trump a dit jeudi envisager de nouvelles taxes punitives contre Pékin après avoir acquis la certitude que le nouveau coronavirus provenait d’un laboratoire hautement sensible de Wuhan, et non d’un marché local d’animaux.

Selon l’OMS, les enquêtes en cours en Chine portent notamment sur des cas de personnes malades “dont les symptômes ont commencé à se manifester à Wuhan et dans ses environs à la fin de 2019, sur des échantillons pris dans les environs des marchés et des fermes des régions où les premiers cas humains ont été identifiés, et (…) sur des espèces sauvages et animaux d’élevage vendus sur ces marchés”.

Les résultats de ces études sont “essentiels pour prévenir toutes nouvelles introductions zoonotiques du virus qui cause le Covid-19 chez les humains”, a expliqué le porte-parole de l’OMS.

L’agence spécialisée de l’ONU indique qu’elle continue de collaborer avec des experts en santé animale et santé humaine, avec des pays et d’autres partenaires afin “d’identifier

Continue Reading

Santé

Covid19 : 129 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès en Algérie

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Covid19, nouveau bilan

129 nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid19) et 4 nouveaux décès ont été enregistrés en Algérie durant les 24 dernières heures portant ainsi le nombre de cas confirmés à 3256 et celui des décès à 419, a indiqué lundi le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus, Djamel Fourar.

S’exprimant lors d’un point de presse quotidien consacré à l’évolution de l’épidémie, le Dr Fourar précise que le nombre de guérisons a atteint 1479. Il a relevé que 5644 patients sont traités avec le protocole de la chloroquine.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR