Suivez-nous

Economie

Djaaboub exclut le retour à la retraite proportionnelle

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaaboub, a exclu jeudi le retour à la retraite proportionnelle et sans conditions d’âge en raison de la conjecture économique du pays et la crise financière que traverse la Caisse Nationale des Retraites (CNR).

C’est en répondant à des questions devant les membres du Conseil de la nation jeudi que le ministre a exclu le retour à cette condition introduite en 1997.

“En la conjoncture économique actuelle du pays, j’écarte le recours à la retraite proportionnelle et à la retraite sans condition d’âge qui a été créée en 1997, comme dispositif exceptionnel conjoncturel, en vue de faire face aux répercussions du plan d’ajustement structurel imposé par le Fond monétaire international (FMI)”, a indiqué le ministre.

Le ministre a rappelé que le CNR fait face à un déficit financier depuis 2013. D’après le ministre, les dépenses nationales de cette Caisse se sont élevées à 1293 Mds de Da en 2019, contre des recettes estimées à 709 Mds de Da, soit un déficit financier de 584 Mds de Da. Ce même déficit a atteint 640 Mds de Da en 2020 et devra s’élever, courant 2021, à près de 690 Mds de Da”, a-t-il ajouté.

D’après le même responsable, les recettes de cette Caisse en 2020, se sont élevées à 762 Mds de Da, contre des dépenses estimées à 1402 Mds de Da à l’effet de couvrir les pensions et allocations de retraite directes et indirectes à 3,3 millions de bénéficiaires.

Des mesures en vain

En dépit des mesures de redressement prises par l’Etat et des budgets octroyées, notamment sous forme de dettes par les différentes caisses dont Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC), le CNR n’a pas été en mesure de se relever financièrement, regrette le ministre.

“La CNR n’a pas été en mesure de corriger le déficit structurel dont elle pâtit, dû essentiellement à la hausse du nombre de bénéficiaires de la retraite, notamment les dernières années, contre une stabilité ou une contraction du nombre des cotisants”, a-t-il indiqué.

D’après Djaaboub d’autres facteurs sont entrés en jeu pour bloquer l’équilibre financier de la CNR. Il cite notamment la situation démographique de l’Algérie, la conjoncture socio-économique, la propagation de la Covid-19 et l’aggravation du non-versement des cotisations à la Sécurité sociale. 

Lire la suite
Publicité
Commentaires