Connect with us

Société

Yennayer une halte pour rappeler la contribution des Amazighs aux civilisations mondiales

Avatar

Published

on

© DR | Célébration de Yenayer 2970

La célébration de Yennayer qui marque l’avènement du nouvel an amazigh, doit aller au-delà de l’aspect folklorique afin de faire de cette fête, une halte pour rappeler la contribution des Amazighs aux civilisations mondiales, a souligné samedi à Tizi Ouzou, l’archéologue Hamid Bilek.

Intervenant lors d’une conférence débat sur Yennayer organisée à la maison de la culture Mouloud Mammeri à l’occasion du nouvel an Amazigh 2970, Hamid Bilek a observé que Yennayer , célébré officiellement le 12 janvier et consacré fête nationale chômée et payée depuis 2018, et le rattachement du début du compte de l’année Amazighe à l’intronisation en 950 Av-J-C, de Chachnaq (Sheshonk 1er), comme pharaon d’Egypte et fondateur de la 22eme dynastie pharaonique, “doit nous interpeller sur le rôle des Amazighs dans l’Histoire à travers des faits archéologiquement avérés”.

“L’Histoire et l’archéologie ont confirmé que Chachnaq, un amazigh né en Egypte de la 7ème génération des Amazighs partis de l’ancienne Lybie (Afrique du nord) vers l’Egypte avait fondé la 22ème dynastie pharaonique après avoir réunifié la Basse et la Haute Egypte”, a indiqué M. Bilek qui a déploré certains faux événements historiques rapportés sur ce Pharaon.

Il a cité en exemple les faits selon lesquels Chechnaq qui a régné au 10eme sicle Av- J-C, était parti d’Afrique, de Mchounech, pour se battre contre Ramasses II, qui lui (ramsses II) avait régné au 12ème siécle Av-J-C. Il s’agit de faits “anachroniques” qui sont facilement vérifiables, a-t-il relevé.

La momification pratiquée, il y a entre 3500 et 4000 ans, par les anciens égyptiens pour conserver les corps des morts et qui est considérée comme l’apanage de cette civilisation, est une pratique connu dans le Sahara central, il y a environ 7.000 à 8.000 ans soit antérieurement à l’Egypte, a ajouté M. Bilek.

Abordant la division du temps dans le calendrier agraire dont le premier jour est yennayer, utilisé par les Amazighs et qui constitue à ce jour, notamment pour les vieux, un repère pour le lancement des travaux agricoles, ce même conférencier a observé qu’il nous rappelle l’importance de l’activité agricole qui était très développée et grâce au savoir-faire des Amazighs qu’on qualifiait l’Afrique du nord de grenier de Rome”.

Rappeler ces faits et d’autres est “important pour réécrire l’Histoire dont la civilisation amazighe a été marginalisée” a insisté M. Bilek.

Selon lui, il s’agit de “saisir cette date pour lancer le débat autour de notre Histoire afin de donner à ce repère historique qui est Yennayer une dimension profonde et savante à la société Amazighe”.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR