Suivez-nous

Société

VIDEOS. Grave précédent: les forces anti-émeutes interviennent au tribunal d’Oran

La crise qui secoue le secteur de la justice a atteint le point de non retour. Un précédent grave s’est produit ce matin au tribunal d’Oran. Les autorités, en particulier le ministère de la justice, décide de recourir à la force pour mettre à exécution le mouvement dans le corps des magistrats, fortement contesté par cette corporation.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Crédit photo: DR

En effet, les forces anti-émeute, boucliers et matraques à la main, est intervenus à l’intérieur de ce tribunal pour, semble-t-il, déloger les juges concernés par ce mouvement. C’est ce qu’on peut constater sur plusieurs enregistrements diffusés sur les réseaux sociaux.

Sur ces vidéos on voit bien plusieurs agents de forces anti-émeutes à l’intérieur du tribunal face à des magistrats qui dénoncent cette intervention en scandant des slogans réclamant l’indépendance de la justice. “Adala hourra démocratia (pour une juste indépendante et démocratique”, lancent les magistrats face aux forces de l’ordre.

Ces derniers dénoncent aussi la complicité de certains magistrats qui ont accepté, finalement, d’exécuter les décisions du ministre de la justice, Belkacem Zeghmati. Selon les premières informations, c’est le procureur général de ce tribunal qui a réquisitionné la force publique pour ouvrir tous les bureaux des magistrats mutés pour permettre l’installation de leurs remplaçants.

Outre Oran, le tribunal de Sidi M’hamed, comme on le voit sur une autre vidéo, a connu la même opération. Dans cette structure, c’est le bureau du procureur général, muté lui aussi, qui a était ouvert de force par les services de sécurité procédant même au changement des serrures.

En tout cas, ces faits sont très graves. Ils risquent d’exacerber le conflit opposant le ministre aux syndicats des magistrats qui maintiennent leur mouvement de grève qui paralysé, depuis huit jours, tous les tribunaux du pays. Selon le syndicat national des magistrats (SNM), 98% des juges sont en grève. L’organisation que préside, Issaad Mabrouk affirme que les revendications des magistrats « ne sont pas corporatistes », mais porte sur la mise en place d’une véritable justice libre et indépendante.

 

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Hirak : Brahim Daouadji et Oussama Tifour libérés

Avatar

Publié

le

Brahim Daouadji et Oussama Tifour, deux détenus du Hirak retrouvent leur liberté après leur condamnation, ce lundi 27 janvier, par le tribunal de Mostaganem à 3 mois de prison ferme, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

“Le verdict est tombé: 3 mois de prison ferme contre Brahim Daouadji et Oussama Tifour. Ils retrouvent leur liberté aujourd’hui et quittent la prison après avoir purgé leur peine“, ajoute la même source.

Il est à souligner que le procureur de la République avait requis 18 mois de prison ferme à leur encontre. Ils retrouvent ainsi la liberté après avoir purgé leur peine en détention provisoire.

Brahim Daouadji avait été arrêté le 12 octobre lors d’une tentative de citoyens de chasser le ministre de la Jeunesse et des Sports lors d’une visite à Mostaganem.

Lire la suite

Société

Le procès de Samir Benlarbi s’ouvre aujourd’hui au tribunal de Bir Mourad Raïs

Avatar

Publié

le

Samir Belarbi

Le procès de Samir Benlarbi, un des activistes le plus en vue du mouvement populaire, s’ouvre ce lundi 27 janvier au tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger). Plusieurs avocats se sont constitués pour la défense du militant.

Samir Belarbi a été arrêté le 16 septembre dernier par des agents en civil et incarcéré le lendemain. Le militant est accusé d’”atteinte à l’intégrité territoriale” et de “diffusion ou détention de publication portant atteinte à l’intérêt national”.

Il convient tout de même de rappeler que toutes les demandes de libération de Samir Benlarbi introduites par la défense, et ce, depuis son incarcération, ont été rejetées.

Lire la suite

Société

Mostaganem : 80 millions de centimes volés dans un bureau de poste

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Hold up dans un bureau de poste à Mostaganem

Un bureau de poste du quartier Salamandre dans la ville de Mostaganem a été le théâtre d’un hold up perpétré, ce dimanche 26 janvier, par trois individus, rapportent des médias citant des sources locales.

Les malfaiteurs ont fait irruption aux environs de dix heures du matin dans le bureau de poste qui se trouve sur le front de mer de la ville de Mostaganem. Ils surprennent la vigilance du receveur de permanence, l’obligeant sous la menace de leur remettre le contenu du coffre.

Les malfaiteurs s’emparent d’un butin de 80 millions de centimes et prennent la fuite vers une destination inconnue, selon des témoins sur place.

Les clients du bureau poste affirment que les auteurs du vol n’étaient pas armés et ne portaient pas de cagoules.

Les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire se sont déplacés sur les lieux. Une enquête a été ouverte pour élucider les circonstances de ce hold up.

Lire la suite

Tendances