VIDEO | Quatre manifestantes arrêtées, puis déshabillées dans un commissariat!

Quatre manifestantes sorties le 13 avril dernier, pour revendiquer la liberté de manifester dans les places publiques de la capitale ont été interpellées par les agents de la police devant la grande poste. Celles-ci ont eu le droit à une fouille corporelle très spéciale par une femme policière.

 

Cette pratique qui a surpris tous les manifestants arrêtés, ne semble par déranger les agents de police qui sont même partis cherches une collègue à eux, chez elle pour procéder à la fouille des parties les plus intimes des manifestantes. Les manifestants qui étaient avec elles, n’ont pas subi par contre cette fouille, qui apparement n’est réservée qu’aux femmes.

« Nous n’avons pas été fouillés de la même façon. Les policiers ont juste fouillé après avoir pris nos renseignements. Nous pensons que cette procédure réservée aux femmes était légale, mais finalement, ils n’avaient pas le droit de le faire, selon nos avocats » nous confie Djalal Mokrani, militant du Rassemblement Action Jeunesse (RAJ), arrêté avec le même groupe.

Pour maitre Yacine Gazem, avocat et défenseur des droits de l’homme, « les policiers ont le droit de procédé à la fouille corporelle, mais pas au point de déshabiller complètement les manifestantes interpellées ». Pour l’avocat, cette pratique est « illégale est punie par la loi, car elle est considérée comme acte arbitraire ».

Nous avons essayé d’avoir plus d’informations auprès de la DGSN, mais nous n’avons pas trouvé d’interlocuteur disponible pour répondre à notre interrogation.