VIDEO. Mellal tire à nouveau sur Medouar et les arbitres

La ligue de football professionnel LFP vient d'annoncer le "report" du match USM Alger - JS Kabylie prévu demain 06 novembre au stade Omar Hammadi à Bologhine. Selon la LFP, cette décision "a été prise dans l’intérêt général" .

Crédit photo : Hadi belacel @Interlignes Media | Cherif Mellal, président de la JS Kabylie

Hier 23 novembre, le président de la JSK Cherif Mellal a tiré à boulets rouges sur le président de la ligue de football professionnel (LFP) Abdelkrim Medouar et les arbitres après le match perdu par la JSK à Bordj Bou Arreridj face à l'équipe locale CABBA au score d'un but à zéro (1-0) , à l'occasion de la dernière journée de la phase aller du championnat ligue1.

« Abdelkrim Medouar veut détruire la JSK et le football national. Il veut se venger, et moi je lui dis que la JSK est plus grande que lui, d’ailleurs, je vais aller très loin avec lui auprès de la FIFA, je vais saisir toutes les instances nationales et internationales pour les informer de ce qui se passe dans le football algérien » lance Cherif Mellal qui n’arrive pas à retenir sa colère.

Pour rappel, le président de la JSK a été sanctionné, il y a trois jours, par la commission de discipline de la LFP, qui lui a infligé « 1 an de suspension dont six mois avec sursis et 200 000 DA d’amende » pour « la violation de l’obligation de réserve, outrage et atteinte à la dignité et à l’honneur d’un membre de la ligue ». « Cette décision a été prise suite aux déclarations et interviews accordés à plusieurs médias par le dirigeant de la JSK au sujet du décalage de 24 heures de la rencontre de championnat entre l’USM Alger et la JS Kabylie ».

Hier, Depuis Bordj Bou Arreridj, le boss des canaris a précisé qu’il n’a reçu « aucune décision par notification de la part de ligue, surtout que nous avons fait des recours, et aujourd’hui, ils envoient un commissaire de match spécialement pour m’empêcher de rentrer, me perturber et surtout perturber l’équipe » dénonce Cherif Mellal.

Combat

Le président de la JSK ne veut pas baissé de temps et continu de dénoncer les conditions de déroulement du match : « Aujourd’hui le combat a commencé, ils ont tout organisé pour nous casser et nous perturber » regrette le président qui dénonce « l’arbitrage d’aujourd’hui (hier Ndlr). Allez, cherchez pour savoir ce que cet arbitre a fait l’année passée. Regardez Abid Charef, je suis pour sa condamnation, celui qui fait quelque chose, doit la payer, surtout la personne à leur tête, car nous avons fait des recours plusieurs fois sur Boukhalpha, nous avons écris, mais rien n’a changé ».

Mafia

« aujourd’hui, nous sommes ciblés par cette mafia, par ce monsieur, qui n’est même pas un monsieur d’ailleurs. Il veut casser la JSK. Je le répète, la JSK est beaucoup plus grande que lui. On ne va pas se taire, soit lui, soit nous »  déplore le président des canaris qui menace de « ne pas jouer la phase retour du championnat si la ligue n’aura pas d’agrément et une convention. Le dossier de ce qui se passe, je le présenterais personnellement devant la FIFA. Les hautes instances doivent se mêler aussi car certaines personnes sont entrain de détruire le football et ne veulent, ni travailler dans la transparence, ni développer cette discipline » accuse Cherif Mellal qui tape ses mains sur la table en signe de colère.

Dictature

Le président de la JSK regrette cette méthode de gestion du football « qui doit normalement se jouer dans le rectangle vert. Nous avons perdu contre le CS Constantine, et nous avons applaudi ». « Quand le commissaire du match est venu pour me faire sortir, j’ai demandé une note officielle. Il n’avait pas, il l’a écrit sur place avant d’ordonner à la police de me faire sortir » raconte Cherif Mellal qui regrette la marginalisation des jeunes arbitres. « Laissez les jeunes arbitrer travailler » avant de s’interroger : « Sommes nous en dictature? »

 

 

Adsence Milieu article