Vainqueur du Sénégal en finale de la CAN : les Verts sacrés champions d’Afrique 29 ans après

Grand Angle (300x600)

L’Algérie est pour la deuxième fois championne d’Afrique. Les Verts ont réussi à se hisser sur le toit du Continent en battant le Sénégal sur le score d’un but à zéro, à l’issue d’un match stressant, notamment pour les supporters. En effet, les Algériens ont vécu les 90 minutes de la partie avec la peur au ventre, avant d’exploser de joie au coup de sifflet final. Le film de la rencontre…

Les Verts sont vite rentrés dans le vif du sujet et dès la deuxième minute du jeu, après une alerte sénégalaise sur le côté droit de l’équipe nationale, Baghdad Bounedjaha a réussi à récupérer une longue transversale sur la ligne médiane pour foncer sur les buts adverses. Son tir, dévié par le défenseur Sané, prend à défaut le gardien de but des Lions de la Teranga plaçnat, très tôt, l’Algèrie devant. 1 à 0.

Cette réalisation a eu l’effet d’un coup de massue sur la tête des défenseurs sénégalais qui ont multiplié, par la suite, les erreurs défensives devant le pressing des attaquants algériens. Les fennecs auraient pu profiter de la panique des sénégalais. Il n’en fut rien.

Ce sont les camarades de Sadio Mané, marqué de près par la défense algérienne, qui ont pris le match à leur compte. Ils prennent le contrôle du ballon et multiplient les offensives sur la cage du gardien Rais M’Bolhi, sollicité à plusieurs reprises par les attaquants sénégalais.

Ces derniers ont assiégé la cage algérienne, obligeant les défenseurs, qui se sont repliés depuis l’inscription du 1er but, à commettre plusieurs fautes non-loin de la surface de réparation. Ils ont aussi concédé plusieurs corners à l’adversaire. Mais il a fallu attendre la 37 e minute du jeu pour voir réellement le danger porté devant le but des Verts par les Sénégalais. Récupérant la balle à l’entrée de la surface algérienne, le numéro 18 Sarr décoche un véritable missile qui a failli tremper la vigilance de Rais M’Bolhi. Mais le score reste inchangé à la mi-temps.

Au retour des vestiaires, la physionomie du match n’a pas changé. Ce sont toujours les lions de la Teranga, qui courent derrière le score et qui tentent de niveler la marque en monopolisant le ballon. Ils ont d’ailleurs pu se procurer plusieurs occasions.

L’arbitre a même sifflé un penalty en faveur des Sénégalais à la 58e minute, suite à un centre dévié de la main dans la surface de réparation par Adlen Guedioura. Mais la VAR a sauvé les protégés du coach Djamel Belmadi. Le referee revient sur sa décision, soulageant ainsi les joueurs et les millions de supporters algériens qui se préparaient pour fêter la 2e coupe africaine.

Quelques minutes plus tard, le rentrant Diata, bien servi par Sadio Mané, a donné des sueurs froides aux Algériens en s’infiltrant dans la surface algérienne. Mais son tir était complètement dévissé, au grand bonheur du gardien M’Bolhi, complètement battu. On s’achemine vers la 70e minute, un attaquant sénégalais a décoché un nouveau tir, cadré cette fois-ci, qui a obligé le gardien algérien à dévier le cuir en corner.

Touché dans leur amour propre, les Algériens réagissent grâce à Ryad Mahrez et Youcef Belaili. L’équipe adverse réagit à nouveau en multipliant les occasions, mais en vain. Le score en reste là. Et l’Algérie arrache son deuxième sacre, 29 ans après sa première coupe gagnée au stade du 5 juillet en 1990.

 

Adsence Milieu article