Connect with us

Politique

Une foule nombreuse pour la marche du 8 mars : « les algériennes portent aussi le Hirak »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© Meriem Nait Lounis | Marche des femmes à Alger à l'occasion de la journée internationale de la femme

Des centaines de femmes ont pris part, aujourd’hui, à la mobilisation du 8 mars. Loin des kermesses officielles organisées en ce genre d’occasion coïncidant avec la journée internationale de la femme, les algériennes, soutenues par des militants et des manifestants du mouvement populaire, ont préféré battre le pavé de la capitale pour exiger la satisfaction des revendications du peuple.

Répondant à l’appel lancé, il y a quelques jours, pour commémorer aussi l’anniversaire de la fameuse marche du 8 mars 2019 qui avait drainé des millions de personnes, une foule nombreuse s’est rassemblée, peu avant 13h00, devant la place de la grande poste à Alger.
En effet, des féministes, des militantes politiques et des activistes du Hirak ont bravé l’impressionnant dispositif policier mis en place durant toute la journée. Brandissant pancartes, banderoles et drapeaux, les manifestantes ont tenue à réitérer l’engagement de la femme algérienne dans le combat pour la démocratie, l’instauration d’un Etat de droit et l’égalité.

« Les Algériennes ont porté toutes les guerres et tous les mouvements, aujourd’hui elles portent le Hirak », lit-on sur une pancarte brandie par une vieille. Outre les mots d’ordre spécifiques concernant les droits des femmes, dont l’abrogation du code de la famille et la consécration de l’égalité entre les genres, les manifestants ont également repris en chœur les slogans du mouvement populaire appelant à « un Etat civil et non pas militaire», la « libération des détenus d’opinion », « une justice indépendante » et une « presse libre ».

La première possession de manifestants s’est ébranlée en direction du tribunal de Sidi M’hamed, vers 12h30. Composée de femme et de jeunes du Hirak, la foule a forcé un cordon de policier placé à l’entrée de la rue Abane Ramdane pour poursuivre sa marche en direction de la place Port Saïd. « Ya lahrayer bravo alikoum, wa el djazair teftakher bikoum » (bravo les femmes libres ! vous êtes la fierté de l’Algérie » et « nous exigeons les départs de la bande », lancent les manifestants.

La foule a rebroussé chemin ensuite pour revenir vers la Grande poste où un imposant rassemblement était déjà en place. Lors de cette manifestation, les forces de police ont procédé à l’interpellation de plusieurs manifestants, dont l’activiste du Hirak Nabil Alloune. Mais ils ont été remis en liberté, quelques minutes plus tard.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR