Connect with us

Culture

« Une chanson de Fairouz derrière le limogeage du directeur » : Que s’est-il passé à Radio Cirta?

Published

on

Plusieurs médias et pages ont repris une information concernant le limogeage du directeur de Radio Constantine après la diffusion d’un morceau de la chanteuse libanaise, Fairouz, « glorifiant Jésus-Christ et le christianisme ». Cette information a provoqué un tollé sur la Toile pendant quelques jours avant d’être démentie vendredi par la direction générale de la radio nationale qui a dénoncé « une tentative de nuire à son image » ? Que s’est-t-il passé à Radio Cirta ?

Les faits remontent au dimanche 10 octobre quand, la chanson intitulée « Ya Yasou el Hayat Nouadimok » (O Jésus, la vie, nous te glorifions) a été entendue durant l’émission « les chants du beau vieux temps » diffusée de 15h à 16h.

Après la diffusion de ce morceau un groupe d’avocats a interpellé la direction générale de la Radio nationale pour « des éclaircissements » sur cet « incident » qualifié de « dangereux ». Le même groupe d’avocats s’est adressé à l’Autorité de Régulation de l’Audiovisuel (ARAV) pour protester contre la diffusion de cette chanson qu’ils ont jugée comme « une atteinte aux sentiments des musulmans » et « une violation à l’article 2 de la constitution qui stipule que l’Islam et la religion de l’Etat ».

« La chanson a en effet offusqué certaines personnes qui ont questionné le choix de ce titre parmi le riche répertoire de Fairouz», nous a déclaré une journaliste exerçant au sein de la Radio Constantine. Cependant, selon notre source qui a souhaité préserver son anonymat, « aucune personne n’a été limogée ou a été ciblée par des sanctions à cause de la diffusion du titre ».

« Aucun employé n’a été licencié et la présentatrice qui était à l’antenne est une journaliste à la retraite qui travaille à titre bénévole avec la radio », nous a-t-on affirmé.

Dégradation de poste

Le désormais ex-directeur général, Mourad Boukerzouz a, effectivement, été démis de ses fonctions de directeur général à la radio régionale de Constantine. Cette décision « n’a toutefois aucune liaison avec la diffusion de la chanson de Fairouz », nous a-t-on affirmé au sein de la Radio. Boukerzouz qui a été dégradé au poste de journaliste exerce toujours au sein de la radio mais « se trouve actuellement en congé ».

« Boukerzouz occupe le poste de directeur général de Radio Constantine depuis moins de deux ans. Il a été visé par une enquête et on savait qu’il allait être révoqué de ses fonctions administratives », nous a-t-on indiqué.

C’est d’ailleurs la version qui a été avancée par la Radio algérienne dans son communiqué rendu public vendredi.

La radio nationale condamne !

Alors que l’information circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, la direction générale de la Radio nationale n’est sortie de son silence que vendredi soir.

A travers un communiqué; la direction a précisé que la révocation de Mourad Boukarzaza, « est intervenue suite à un rapport établi par une commission d’audit et de contrôle de gestion de l’institution, après une visite d’inspection de cette station qui a eu lieu le 27 septembre 2021, au cours de laquelle de nombreux déséquilibres et des erreurs ont été constatées dans la conduite des affaires de la station ».

La Radio nationale a condamné « fermement », par la même occasion, «les tentatives misérables et désespérées visant à déformer son image auprès de l’opinion publique mondiale, notamment parmi nos frères chrétiens, en insinuant que la radio algérienne a une position antichrétienne… ».

« Les célébrations de toutes les occasions et fêtes religieuses de nos frères chrétiens, sont transmises régulièrement, et sous la tutelle des institutions étatiques algériennes, sur les ondes de la radio algérienne, sans aucun complexe », s’est elle défendue.

Continue Reading
Advertisement
Comments