Connect with us

Politique

Un ministre ordonne « la généralisation de la langue arabe » dans son département

Published

on

©Le ministre de l'Enseignement et de la Formation professionnels, Yacine Merabi
Le ministre de l'Enseignement et de la Formation professionnels, Yacine Merabi © DR

Le ministre de l’Enseignement et de la Formation professionnels, Yacine Merabi, a ordonné, jeudi, « la généralisation de la langue arabe » dans son département. Adressant une instruction aux différents responsables de son secteur, le ministre a précisé que cette décision vient en « concrétisation aux principes qui règnent sur la société algérienne ».

Ainsi, le ministre a appelé les cadres des directions centrales, les directeurs régionaux, les directeurs généraux des centres de soutien et des instituts à généraliser la langue arabe dans l’enseignement et dans toutes les correspondances émises par leurs services.

D’après la note du ministère cette note intervient en « concrétisation aux principes qui règnent sur la société algérienne ».

La décision de Yacine Merabi a suscité la colère de la Toile qui l’a accusé de marginaliser la langue Tamazight.

En effet, Yacine Merabi a appelé, dans sa note, à « généraliser la langue arabe » en vertu de la constitution algérienne « qui affirme que la langue arabe est la langue nationale et officielle de l’Etat ».

Cette instruction est émise « en vertu de ce qui est énoncé dans le premier volet de la constitution notamment le troisième article qui affirme que la langue arabe est la langue nationale et officielle de l’Etat », indique la note du ministère.

« Marginalisation du Tamazight »

Or, ont rappelé les internautes, le Tamazight est aussi considéré comme langue nationale et officielle en vertu de l’article 4 de la constitution.

« Tamazight est également langue nationale et officielle »
, stipule l’article 4 de la constitution après son amendement en 2016.

« L’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national »
, est-il énoncé.

La note du ministère a ainsi suscité la colère de la Toile et a relancé le débat sur la langue nationale et officielle de l’Algérie. D’autres ont questionné l’intérêt de cette instruction, appelant les départements ministérielles algériens à revoir « leurs priorités ». « l’importance c’est de bien gérer son secteur », ont lancé des internautes.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR