Suivez-nous

Politique

Tunisie : Rached Ghannouchi à la tête du Parlement

Kenza Ait Bachir

Publié

le

@DR/Rached Ghannouchi, nouveau président du parlement tunisien

Le chef du parti d’obédience islamiste, Rached Ghannouchi de Ennahdha, a été élu président du parlement tunisien, aujourd’hui, mercredi 13 novembre. Selon les observateurs, l’alliance passée entre Ennahda et le parti ultra-libéral, que dirige l’homme d’affaires tunisien Nabil Karoui, Qalb Tounes, est derrière l’arrivée de Rached Ghannouchi en tête des élections pour la présidence du parlement.

Echange de bons procédés, Ennahda devrait confier des postes ministériels à son nouvel allié lors de la formation du nouveau gouvernement qui interviendra dans quelques jours.

Vaincu dernièrement aux élections présidentielles, Nabil Karoui, qui était farouchement opposé au courant islamiste il n’y a pas si longtemps, a changé d’épaule à son fusil en se laissant aller à une alliance qui lui permettra de se positionner dans la sphère décisionnelle politique tunisienne.

De son côté, Rached Ghannouchi, homme politique controversé et connu pour ses liens avec les frères musulmans, n’ayant pas pu accéder à la présidence en Tunisie, il réussi à s’emparer du parlement qui lui permettra de légiférer en faveur de son courant politique.

 

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Eborgnés de Bouira : Les élus APW du RCD pointent du doigt le wali

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Amer Ouchene, Eborgnés après les tirs des forces anti-emeutes à Haizer (Bouira) le 12 décembre 1019

Les élus APW du RCD ont pointé du doigt le wali concernant l’affaire des éborgnés touchés le jour du vote à Bouira, à l’occasion de la cession APW dédiée à l’évaluation du secteur ses TIC.

C’est en présence des élus et du premier responsable de la wilaya, Limani Mustapha qui vient d’être muté dans le même poste à la wilaya de Sidi Bellabes, que le chef du groupe APW du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie ( RCD ), Chabane Meziane a saisi l’occasion en interpellant le wali sur la répression des manifestations survenue le 12 décembre 2019, jour de l’élection présidentielle.

Meziane Chabane, l’élu du RCD a demandé au wali  « l’ordonnateur principal » des services de police qui ont usé selon lui, des balles en caoutchouc. «  Qui a ordonné aux services de sécurité de tirez sur les manifestants? », a-t-il déclaré. Et d’ajouter: « Vous êtes responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité des citoyens ».

Le P/APW de Bouira d’obédience RND reprend la parole en rappelant à l’élu que « le rôle de l’assemblée est de trouver des solutions aux problèmes sociaux des citoyens et pas de faire de  politique ».

Un échange violent s’en est suivi entre le président de l’assemblée et les élus du RCD qui ont quittée la salle en boycottant la suite des travaux.

Des scènes de violence ont ébranlé la ville de Bouira le jour du vote, où des manifestants ont été touchés à l’œil. Ces derniers ont appris récemment qu’ils ne pourront plus jamais voir avec leurs yeux touchés.

Lire la suite

Politique

Procès Samir Belarbi : Le verdict sera prononcé le 3 février

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Samir Belarbi
© DR | Samir Belarbi, en prison depuis 4 mois

Le juge près du tribunal Bir Mourad Rais vient d’annoncer que le verdict du procès du militant Samir Belarbi, qui s’est déroulé aujourd’hui 27 janvier, sera prononcé la semaine prochaine.

Le procureur de la République avait requis 03 ans de prison ferme et 50 000 dinars d’amende.

Ainsi, Samir Belarbi devra rester au moins une semaine de plus en prison.

Pour rappel, l’activiste Samir Belarbi a été arrêté le 16 septembre dernier par des agents en civil, puis placé sous détention préventive le lendemain. Il était poursuivi pour « atteinte à l’intégrité territoriale » et « diffusion ou détention de publication portant atteinte à l’intérêt national ».

Lire la suite

Politique

1,7 milliards de centimes de fausse monnaie saisie à Alger

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR l

Sept individus soupçonnés de falsification de monnaie ont été arrêtés par la brigade criminelle du pôle sud de la police judiciaire de la wilaya d’Alger. Une somme de 1,7 milliards de centimes falsifiés a été également saisie, indique un communiqué de la Direction générale de la sureté nationale (DGSN).

“La brigade criminelle du pôle sud de la police judiciaire de la wilaya d’Alger a arrêté une bande de malfaiteurs activant au sein d’une organisation transfrontalière, spécialisée dans la falsification, contrefaçon et mise en circulation de fausse monnaie”, lit-on dans le communiqué.

L’opération a été lancée suite à la découverte par les éléments de la police d’une somme d’argent suspecte, déposée par un client dans une banque nationale. Après l’expertise menée par les services de la police scientifique et technique, il s’est avéré que les feuille de monnaie contrefaites portent le même numéro de série, falsifié à l’extérieur du territoire national.

L’enquête menée par les services de la Sureté nationale a abouti à l’identification des personnes impliquées dans cette affaire. Les malfaiteurs sont âgés entre 26 et 60 ans. Ils ont été interpellés dans différentes wilayas du pays, conclut le communiqué.

Lire la suite

Tendances