Politique

Trump affirme que l’Iran “semble reculer” et annonce “des sanctions économiques”

Published

on

© DR | Le président américain Donald Trump

Dans une allocution faite depuis la Maison Blanche, Donald Trump a répondu ce mercredi aux frappes iraniennes sur des bases abritant des soldats américains en Irak, dans la nuit de mardi à mercredi. Durant une brève allocution, il s’en félicite car l’Iran “semble reculer”, et annonce des sanctions économiques tout en rappelant qu’il  va demander à l’Otan de s’impliquer “beaucoup plus” au Moyen-Orient.

“Aucun Américain blessé par les frappes”

“Aucun Américain n’a été blessé”, a-t-il d’abord indiqué. “Aucune victime n’est à déplorer” sur les bases abritant ces soldats américains, a précisé Donald Trump, indiquant que ces frappes n’ont engendré que des “dégâts légers”. “Nous n’allons jamais laisser l’Iran acquérir la bombe atomique”, a-t-il ensuite martelé.

Le président américain a ensuite justifié les frappes américaines ayant éliminé le général Soleimani, indiquant que ce dernier était responsable des “pires atrocités”.

Sanctions économiques

En réponse aux frappes iraniennes, les États-Unis vont “renforcer les sanctions économiques sur le régime iranien”, a ensuite déclaré Donald Trump, “jusqu’à ce que le régime iranien change d’attitude”.

Si le président américain a exclu toute possibilité d’escalade du conflit, Donald Trump s’est voulu ferme envers le régime iranien lors de son discours : “Votre campagne de terreur, de meurtre et de désordre ne sera plus tolérée”, a-t-il indiqué, précisant qu’il demanderait à l’Otan de s’impliquer “beaucoup plus” au Moyen-Orient.

Après avoir fait l’éloge de l’armée américaine et de ses forces militaires, le président a ainsi expliqué “ne pas souhaiter utiliser ses missiles”. Il a ensuite adressé un message au peuple et aux dirigeants de l’Iran : “Nous désirons pour vous un avenir fait de prospérité et d’harmonie avec les autres nations du monde”.

Représailles après la mort du général Soleimani

L’Iran a revendiqué ses tirs de missiles les qualifie de représailles à la frappe américaine qui a tué le puissant général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient. Au total, 22 missiles sol-sol se sont abattu sur les bases de Aïn al-Assad et Erbil, où sont stationnés une partie des 5200 soldats américains déployés en Irak.

Comments

Édité par EURL INTERLIGNES MEDIA | Copyright © 2019

Exit mobile version