fbpx
Suivez-nous

Politique

Tribunal militaire : les 7 prévenus condamnés de 15 à 20 ans de réclusion criminelle

Le Tribunal militaire de Blida a prononcé sont verdit vers 1 heure du matin dans la soirée de Mardi à Mercredi, après un procès qui a duré deux jours. Les condamnations vont de 15 à 20 ans de réclusion criminelle.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

20 ans de réclusion criminelle par contumace prononcée contre khaled nezzar son fils Lotfi et Farid Belhamdine et 15 ans de réclusion contre Mohamed Mediene dit Toufik, Said Bouteflika, Bachir Tartag et Louisa Hanoune.

Pour rappel, le tribunal militaire de Blida doit examiner les charges qui pèsent contre les quatre mis en cause principalement poursuivis, en vertu de l’article 284 du code de justice militaire et des articles 77 et 78 du code pénal, pour « complot contre l’autorité de l’État » et « complot contre l’Autorité de l’Armée », deux accusations pour lesquels ils risquent une peine allant de 5 à dix ans de prison, selon le code de la justice militaire.

Nous reviendrons avec plus de détails sur la journée d’hier.

Politique

Marches nocturnes contre les élections à Alger et dans d’autres wilayas

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Quelques heures à peine après l'annonce faite par le président Abdelaziz Bouteflika qui porte sur le report des élections et son renoncement à un cinquième mandat, plusieurs dizaines de manifestants sont sortis dans la capitale pour demander le départ de "tout le système".

Une centaine de personnes, venues de Bab El Oued et à laquelle s’est jointe une foule importante, au fur et à mesure des quartiers traversés, Rampe vallée, Sidi Abderrahmane (ex 2ème Arrondissement), rue Boutin, rue d’Isley, pour former une vague de manifestants qui va bientôt arriver au Centre-ville d’Alger.

Aux cris de « Djabou khamsa M’rakhes, Habou idirou Raïs » et « Ya Ali Amar Bladi fi danger, aya enkemlou la bataille d’Alger », les manifestants sont décidés à faire entendre leur rejet des élections présidentielles programmées pour le 12 décembre prochain.

« A partir d’aujourd’hui, nous marcherons chaque jour pour dire non à la mascarade électorale. Ceci est notre réponse à ceux qui veulent maintenir ces élections. Les marches de vendredi ne suffisent plus, nous travaillons le jour et dorénavant nous marcherons la nuit », déclare un citoyen.

Déterminés à faire barrage aux élections, les manifestants veulent rallier un maximum de citoyens à cette initiative « Noudou Ya aâssima, noudou ! », crient-ils.

Lire la suite

Politique

Faisant fi de la position du Hirak : le pouvoir maintient sa logique de passage en force

Il est désormais clair. Le pouvoir en place s’inscrit dans le déni de la réalité. Alors que le mouvement populaire maintient la pression et se montre déterminé à faire barrage à la prochaine élection présidentielle, les tenants du régime voient autres choses. « Un soutien massif au processus électoral » et « adhésion à la démarche du commandement militaire ».

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Affiches de la présidentielles accrochées dans les rues
© DR | Affiches de la présidentielles accrochées dans les rues

C’est du moins ce qu’a fait entendre le chef d’état major de l’Armée, Ahmed Gaid Salah, qui n’a pas manqué sa sortie à la quatrième région militaire (Ouargla) pour saluer les pseudos marches organisées en faveur des élections.

Pourtant, les mises en scène organisées dans plusieurs wilayas du pays n’ont pas drainé la grande foule. Pis, elles ont été chahutées par les manifestants pros-Hirak, en dépit de l’encadrement policier dont elles ont bénéficié.

« Je tiens à affirmer, une fois encore, en cette honorable occasion, que nous enregistrons avec une grande admiration et fierté, cet élan populaire qui s’est propagé à travers tout le pays, lorsque toutes les franges de notre peuple, toutes catégories confondues, hommes, femmes, jeunes, étudiants et vieux, sont sorties dans une des plus belles images de la cohésion, la solidarité et l’adhésion du peuple autour de son Armée, scandant, d’une seule et même voix, des slogans patriotiques exprimant dans leur ensemble la volonté de se diriger massivement aux urnes le 12 décembre prochain, afin de faire réussir les présidentielles et contribuer par conséquent à édifier un avenir prometteur », lance-t-il.

Selon lui, « tel est le peuple algérien et telle est l’Algérie ». A travers cet entêtement, le chef d’état major de l’ANP et le pouvoir qu’il représente confirme leur intention. Aller coûte que coûte à la présidentielle, quitte à faire perdurer la crise actuelle.

La stratégie répressive   

Autiste comme toujours, le pouvoir ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Car après avoir expérimenté toutes les méthodes pour affaiblir le mouvement populaire, le résultat est tout autre.

Le mouvement populaire s’est renforcé encore davantage, notamment depuis le mois de septembre dernier. La mobilisation qui caractérise les marches hebdomadaires du vendredi et celles des étudiants chaque mardi renseigne sur la détermination de la majorité des Algériens à faire aboutir cette révolution historique.

Depuis quelques jours, les manifestations anti-élection sont devenues presque quotidiennes, même s’il est vrai que la mobilisation n’est pas la même que lors des premières semaines. C’est dire qu’il faut être frappé de cécité politique pour prétendre que les Algériens ont choisi le camp des élections.

L’autre fait confirmant que cette élection risque de se tenir à huis clos est perceptible dans les difficultés auxquelles font face les candidats à ce scrutin pour mener leur campagne. Contraints à la clandestinité et obligés de discourir dans des salles à moitié vides, les prétendants à la magistrature suprême constatent de visu l’ampleur du rejet populaire de cette élection. Ce sont, sans doute, ces faits qui agacent les tenants du régime. D’où le recours à la répression et aux arrestations massives des manifestants pacifiques…

Lire la suite

Politique

Arrestation de l’auteur de la vidéo menaçant les opposants aux élections « de mort » avec un Kalashnikov

Les services de sécurité de la wilaya de Ghardaïa ont procédé ce mercredi 20 novembre, à « l’arrestation de l’individu paru dans la vidéo partagée sur les réseaux sociaux, en possession d’un Kalachnikov » nous confie une source sécuritaire. Le mis en cause menaçait de « mort » les algériens qui refusent d’aller au vote le 12 décembre prochain.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Selon la même source, l’auteur présumé « a été présenté devant le procureur près du tribunal militaire compétent pour « menace de mort », « incitation au crime » et « port d’arme sans autorisation ».

« l’arme appartient à un autre individu arrêté aussi, et présenté devant le procureur du tribunal militaire » précise la même source.

Lire la suite

Tendances