Connect with us

Politique

Tribunal de Bab El Oued : Un an de prison ferme pour les “marcheurs nocturnes”

Yacine Elouareth et Toufik Karfa, deux manifestants arrêtés mercredi dernier lors de la marche nocturne à Alger, ont été condamnés à un an de prison ferme, ce soir par le juge du tribunal de Bab El oued, en comparution directe, pour les chefs d’inculpations d’incitation à attroupement et d’attroupement non armé, à alerté le CNLD.

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR justice


Zinedine Elouareth, trois!ème manifestant à avoir été arrêté le même jour, a quant à lui a été libéré par le même tribunal. “Les trois prévenus avaient été placés en garde à vue au commissariat de Bab El Oued (Ex-5e Arrondissement)”, selon la même source.

Le parquet à avancé d’autres accusations, à savoir association de malfaiteurs et atteinte à la sécurité de l’Etat, mais ces charges n’ont pas été retenues par le juge, souligne le CNLD.

Politique

Sofiane Djilali : Tebboune s’engage à libérer prochainement Tabbou et Belarbi

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Sofiane Djilali, président de Jil Jadid

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, a révélé ce mardi 2 juin que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune s’engage à libérer prochainement les deux détenus d’opinion, Samir Belarbi et Karim Tabbou “comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national”.

“A la suite de l’appel public à la libération des détenus d’opinion qu’il a formulé le 14 Mai 2020, M. Soufiane Djilali avait introduit une demande d’audience auprès de Monsieur le Président de la République, qui lui a été accordée pour le mercredi 27 Mai 2020”, a révélé le parti dans un communiqué diffusé sur son site-web.

Et d’ajouter : “Le Président de la République, Monsieur Abdelamadjid Tebboune, et en réponse à la requête portée auprès de lui par le Président de Jil Jadid, a accepté d’agir, dans le cadre stricte de ses prérogatives constitutionnelles et légales, et comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national, pour que Karim Tabou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté au plus vite, au terme de la procédure présidentielle officielle”.

Selon le communiqué, Jil Jadid “avait refusé en un premier temps de communiquer sur cette démarche qu’il voulait garder dans la discrétion totale par respect pour les détenus et pour éviter toute interprétation tendancieuse et politicienne. La conjoncture politique lui impose aujourd’hui de la rendre publique pour éclairer l’opinion nationale sur la stricte vérité”.

En outre, le part Jil Jadid s’est dit “heureux de cet engagement solennel du Président de la République et attend avec impatience que Karim Tabou et Samir Benlarbi retrouvent enfin la chaleur de leurs familles et qu’ils puissent combler d’affection, en toute quiétude, leurs proches et leurs enfants”.

Notons que cette déclaration coïncide avec le transfert, lundi, de Samir Belarbi de la prison d’El Harrach vers celle de Koléa où est incarcéré notamment le militant Karim Tabbou. Le procès de ce dernier a également été reporté lundi pour la 3e fois consécutive.


Continue Reading

Politique

Ministère du Commerce : vers une reprise “graduelle” de certaines activités commerciales

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le ministère du Commerce se penche actuellement sur l’examen des conditions permettant une reprise “graduelle” des activités commerciales et de services, a indiqué lundi, un responsable au niveau du ministère du Commerce. Cette déclaration intervient alors que des commerçants de plusieurs wilayas réclament la permission de rouvrir leurs commerces, fermés depuis trois mois dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

“Le ministère du Commerce se penche actuellement sur l’examen des conditions notamment sanitaires de protection contre la pandémie de Covid-19 permettant une reprise graduelle et sécurisée des activités économiques, dont celle de la grande distribution, des services et de vente au détail’’, a précisé le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, Abderrahmane Benhazil sur les ondes de la Radio nationale.

Il s’agit, selon lui, d’aller vers un assouplissement “partiel” des mesures de confinement prises dans le cadre de la protection de Covid-19, pour certains métiers et activités commerciales mais avec un “respect strict” des différentes conditions sanitaires.

Cette réouverture concernera dans une première étape différente activités, dont, la restauration collective, les salons de coiffure et l’habillement, selon le même responsable.

Pour le mode de fonctionnement de cette reprise graduelle d’activité commerciale, il a cité l’exemple de l’activité de restauration en soulignant “qu’un restaurant qui fonctionnait avec 90 tables, il sera tenu d’utiliser uniquement 45 tables, donc il fonctionnera à 50% de ces capacités’’.

En outre, le représentant du ministère du commerce a reconnu l’impact des mesures de confinement prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus sur les commerçants et les artisans , dont, un nombre important activant dans la restauration collective, les salons de coiffure et l’habillement , se sont retrouvés sans sources de revenus.

En effet, durement impactés par la décision de suspendre les activités commerciales prise en mars dernier, plusieurs commerçants ont investi les rues de plusieurs wilayas afin de réclamer la réouverture des commerces.

A titre d’exemple, le siège de la wilaya de Béjaia a témoigné dimanche de la présence d’une centaine de commerçants venus des quatre coins de la wilaya pour réclamer la reprises des activités commerciales.

Pareil à la ville d’el Eulma, wilaya de Sétif, où les commerçants du célèbre marché “Dubaï” ont investi les rues pour réclamer la reprise immédiate de leur activité.

D’autre part, l’Association nationale des Commerçants et Artisans (ANCA) avait réclamé vendredi dernier la reprise des activités commerciales soulignant que leur retour “ne contredit ni la mesure du confinement ni le respect des mesures de prévention”.

Si le M. Benhazilau ne précise pas la date de la reprise des activité commerciales, il appelle les citoyens comme les commerçants à s’impliquer pleinement pour réussir un retour progressif à l’activité commerciale à travers notamment “une stricte gestion sanitaire des espaces”, et un respect de la distance entre les clients ou les consommateurs, le port de bavettes, de gans et autres conditions d’hygiène.

Avec APS

Continue Reading

Politique

Afin d’écarter les soupçons : Abdelmadjid Tebboune et Abdelaziz Djerad se démarquent du FLN

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune
© DR | Abdelmadjid Tebboune, président de la république


Le président Abdelmadjid Tebboune et le premier ministre, Abdelaziz Djerad prennent officiellement leurs distances avec le FLN. Dans une volonté d’écarter toute équivoque après la remise en selle de l’ex-parti unique qui a désigné, samedi dernier, son secrétaire général qui n’a pas hésité à déclare son soutien au nouveau pouvoir, la présidence et le premier ministère ont réagi promptement.


C’est le ministre Conseiller à la communication, Porte-parole officiel de la Présidence de la République, Belaïd Mohand Oussaïd, qui a été chargé de faire cette précision. Dans une déclaration à l’agence APS, le porte-parole de la présidence estime que Abdelmadjid Tebboune « est le Président de tous les Algériens et n’a de lien organique avec aucun parti politique agrée ».

En effet, en réponse à une question d’Algérie presse service (APS) sur la relation du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec le parti du Front de libération Nationale (FLN), Belaïd Mohand Oussaïd précise que « le Président de la République a gelé sa qualité de membre au Comité central du parti du FLN et, comme chacun le sait, il ne s’est pas porté candidat au nom de ce parti à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 ».

Le Porte-parole de la Présidence de la République assure aussi que le premier ministre n’a aucun lien organique avec l’ex-parti unique. « Abdelaziz Djerad avait démissionné du parti du FLN plusieurs années avant sa désignation en qualité de Premier ministre », déclare-t-il. Que signifie cette réaction qui prend la forme d’une mise au point ?

Abdelmadjid Tebboune qui continu de tenir les réunions du conseil des ministres par visioconférence veut-il assuré qu’il n’est pas à l’origine de l’autorisation accordée au FLN et au RND pour tenir leurs activités organiques et élire leurs nouveaux secrétaires généraux ?

S’agit-il d’une anticipation sur l’éventuelle polémique qui risque de naitre autour de la relance de ces deux partis qui ont cristallisé, en partie, la colère des Algériens qui les tiennent pour responsables du marasme auquel est mené le pays ?

A travers cette réaction, la présidence et le premier ministre semble vouloir adresser implicitement un message au FLN et au RND pour leur dire qu’ils ne veulent pas de leur soutien encombrant.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR