Politique

Tipaza: Kamel el Bouchi condamné à deux ans de prison ferme

Published

on

Le Tribunal de Tipaza a condamné ce dimanche Kamel chikhi, connu sous le nom de « El Bouchi », à deux ans de prison ferme pour « octroi d’indus privilèges », rapporte l’agence de presse officielle APS.

Dans cette affaire de corruption, un notaire répondant aux initiales (Ch. A) au centre ville de Tipaza a été acquitté, dans le cadre de cette affaire, de toutes les charges retenues contre lui.

Le même tribunal a également condamné le chef de service chargé de l’enregistrement aux impôts, l’accusé « Ch. Dj », à deux ans de prison dont une année avec sursis, pour le délit d' »octroi de dégrèvements et des exemptions fiscaux illégaux », alors qu’il a été acquitté du délit d’obtention « d’indus privilèges ».

Lors de l’audience du procès qui s’est déroulée le 4 avril dernier, le procureur de la république près le tribunal de Tipasa a requis une peine de dix ans de prison ferme contre Kamel El Bouchi. Une peine de sept ans de prison ferme a été requise à l’encontre du notaire tandis que cinq ans de prison ferme ont été requis contre le chef du service chargé de l’enregistrement aux impôts, et deux ans de prison ferme ont été requis contre sa collègue.

D’après l’APS, cette affaire remonte à 2016 lorsque l’accusé principal, Kamel Chikhi, a bénéficié grâce à un contrat de transfert d’une de ses propriétés foncières d’une réduction d’impôts, en ne versant qu’un taux de 1% au lieu de 5%.

Poursuivis dans d’autres affaires de corruption notamment celle liée au 701 kilos de cocaïne interceptés au port d’Oran, Kamel Chikhi est en détention depuis 2018. Il a été condamné par la chambre pénale de la Cour d’Alger en juin dernier à quatre ans de prison ferme assortis d’un million de DA d’amende pour “octroi et perception d’avantages” et pour “abus de fonction”.

Comments

Édité par EURL INTERLIGNES MEDIA | Copyright © 2019

Quitter la version mobile