Connect with us

Politique

Tensions entre Alger et Paris: Emmanuel Macron souhaite « l’apaisement »

Published

on

Le Président français, Emmanuel Macron, a souhaité ce mardi 5 octobre « l’apaisement » après les récentes tensions entre l’Algérie et la France et le rappel de l’ambassadeur algérien à Paris pour « consultation ». Accordant un entretien à France Inter, Emmanuel Macron n’a pas écarté l’éventualité « d’autres tensions » entre les pays en raison du dossier mémorial.

« Mon souhait ce qu’il y a un apaisement. Parce que c’est mieux de se parler et d’avancer. Il y a sans doute des désaccords. La vie c’est fait pour parler des désaccords et aussi les partager », s’est exprimé Emmanuel Macron dans son entretien accordé à France Inter.

Alors qu’Alger a rappelé son ambassadeur après les propos tenus par Emmanuel Macron sur un « système politico-militaire » et une Algérie « entretenue sur une rente mémorielle », ce dernier a dit avoir « le plus grand respect pour le peuple algérien » et entretenir « des relations vraiment cordiales avec le Président Tebboune » en qui il a « confiance ».

Dans son entretien, le Président français a maintenu les propos qui ont été rapportés par Le Monde et qui sont à l’origine de cette nouvelle tension. Emmanuel Macron estime que ce nouveau désaccord est principalement lié à la question mémorielle.

« Il y aura immanquablement d’autres tensions »

Emmanuel Macron n’a donc pas écarté l’éventualité d’autres tensions. Pour le président français, cette nouvelle crise est « déjà une réplique de ce qui s’est passé au printemps 2020 » après la diffusion d’un reportage par France 5 sur l’Algérie.

« Il y aura immanquablement d’autres tensions ». « 
Je pense que nous avons trop de compatriotes dont l’histoire est mêlée à l’Algérie, pour faire comme si de rien n’était », a-t-il déclaré au micro de France Inter.

Affirmant vouloir continuer le travail sur le dossier de la mémoire, Emmanuel Macron dit: « On se dit des choses qui ne sont pas agréables pour nous-mêmes. Je ne nous ai pas ménagés avec notre propre Histoire, et je continuerai ce travail », « parce qu’on le doit à notre jeunesse et à tant de millions de concitoyens » .

Il ajoute: « je pense que notre incapacité de regarder cette histoire en face avec toutes ses composantes est un peu devenue la matrice de beaucoup de nos problèmes avec le continent. Ce n’est pas un problème diplomatique. C’est un problème franco-français ».

Pour rappel, cette nouvelle tension a été suscitée samedi par les propos d’Emmanuel Macron qui ont été rapportés par Le Monde dans le cadre « d’un dialogue inédit » entre le Chef de l’État et les « petits-enfants de la guerre d’Algérie » qu’il a reçus.

Accusant l’Algérie de s’être construite « sur une rente mémorielle » et questionnant la présence « d’une nation algérienne avant la colonisation française », les propos d’Emmanuel Macron ont été condamnés par la Présidence algérienne qui a rappelé son ambassadeur à Paris.





Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR