Connect with us

Politique

Tensions avec Paris: Alger « ne pratique pas la diplomatie des hauts-parleurs » et ses « décisions sont souveraines »

Published

on

© AFP | Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Communauté Nationale à l’Étranger, Ramtane Lamamra
Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Communauté Nationale à l’Étranger, Ramtane Lamamra | © AFP

Le ministre des Affaires Étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, s’est exprimé de nouveau sur les tensions diplomatiques entre Paris et Alger. Dans un entretien accordé à la chaîne télévisée, Russia Today, le chef de la diplomatie algérienne a accusé la France d’avoir ouvert le feu et a défendu la riposte de l’Algérie, en qualifiant ses décisions de « souveraines ».

« La plupart des déclarations sont venues de la partie française. L’Algérie ne pratique pas la diplomatie des hauts parleurs. Elle travaille dans le calme, use des canaux diplomatiques ouverts et enregistre ses positions en toute transparence et en toute clarté quand il s’agit de questions qui touchent à notre souveraineté nationale et à nos intérêts suprêmes » , a indiqué Ramtane Lamamra à la chaîne télévisée russe.

Alors que des tensions étaient déjà présentes entre les deux parties en raison de la réduction de la délivrance de visas aux Algériens, des déclarations du Président Macron sont venus, en début octobre, ébranler les relations entre l’Algérie et la France.

« Ça a commencé quand des propos incompréhensibles et inexcusables ont été dits par la partie française. Ces propos n’avaient pas de cadre ni de contexte logique et rationnel. On s’est exprimé sur l’histoire de l’Algérie, sur le système de gouvernance, sur des questions de souveraineté et nous n’acceptons aucune ingérence dans nos affaires de n’importe quelle partie notamment quand il s’agit des autorités de l’ancien Etat colonisateur », a déclaré Ramtane Lamamra.

Ripostant aux déclarations du Président Macron qui ont questionnée l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française et ont accusé l’Algérie de s’être construite sur « une rente mémorielle », l’Algérie a pris une série de mesures dont le rappel de son ambassadeur et la fermeture de l’espace aérien aux avions militaires français opérant au Mali. Ramtane Lamamra qualifie ces décisions de « souveraines » qui ont été prises « pour exprimer le mécontentement » de l’Algérie.

« L’Algérie a tiré les points au clair et a pris des décisions tangibles en exprimant son mécontentement quant à l’ingérence dans ses affaires internes. Elle a appelé son ambassadeur pour consultation qui est encore en Algérie. Le pays a aussi pris la décision souveraine de retirer l’autorisation de survol des avions militaires français sur son espace aérien », a rappelé le chef de la diplomatie algérienne.



Continue Reading
Advertisement
Comments