Suivez-nous

En continu

Tébessa: les dessous des violences à l’usine « Youkous » qui ont causé 11 blessés

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

La population de la commune de Hammamet sise à 15 kilomètres de la ville de Tebessa a vécu, aujourd’hui 28 avril, de graves scènes de violence qui ont fait 11 blessés dont au moins 5 par balles suite à un différend entre les habitants de la localité et la direction de l’usine d’eau privée « Youkous ». Pour défendre l’usine, les propriétaires ont tiré par balles réelles.

 

Le bilan communiqué par les autorités sanitaires pour le moment fait état de 11 blessés. Selon la même source, « un garçon de 11 ans est touché par balle dans le ventre, et c’est suite à cela qu’il est évacué vers l’hôpital de Annaba ».

Selon les premiers témoignages collectés sur place auprès des citoyens, « l’incident a commencé lorsqu’une délégation locale est allée voir le président de l’Assemblée Populaire Communale (APC), pour lui signaler que la pénurie d’eau qui perdure dans la commune est causée par l’implantation de l’unité de mise en bouteille », nous raconte un des habitants précisant que « des membres de la famille et des proches du propriétaire de l’usine ayant reçu cette information, se sont déplacés au siège de l’APC munis d’armes blanches, et ont agressé les protestataires qui n’ont pas eu de solutions de la part du président d’APC ». 

Mais selon Zoheir Menacer, élu de la l’APC, « Les habitants sont venus se plaindre auprès de Président d’APC sur le traitement des sources entamé par la société. Les habitants dénoncent la pollution de l’eau utilisée pour arroser leurs arbres ». Le membre de l’assemblée communale précise que « la production dans cette usine est à l’arrêt depuis plus de 10 jours, car l’eau dégage une odeur et sa commercialisation est suspendue jusqu’à la décontamination de la source ».

contamination

Des sources proches de la direction de l’usine nous indiquent que « l’affaire remonte à la semaine dernière, lorsque la direction a fait appel à une entreprise spécialisée en hygiène pour diagnostiquer et trouver l’origine d’une contamination qui a touché le produit », tout en précisant « qu’après une inspection de l’usine, il s’est avéré que la contamination provient des fosses sceptiques des maisons implantées illicitement sur le terrain appartenant à l’usine ».

Alors que les pourparlers étaient en cours entre les habitants avec le président de l’APC en présence du chef de Daira de Bir Mokadem, « un camion chargé d’eau minérale appartenant à la société « Youkous » sortait de l’usine pour faire la livraison, les habitants présents devant le siège de l’APC l’ont intercepté et empêché de poursuivre son chemin. Bloqué, le chauffeur a alerté sa direction », raconte Zoheir Menacer.

« Attaque »

Selon les mêmes sources, « des hommes armés venus d’une autre région de la wilaya sont venus spécialement en renfort pour défendre l’entreprise et libérer le camion pris en otage ».

Ces hommes se sont pris directement à la foule présente devant l’APC. Face à cette « attaque », les habitants appuyés par les riverains ont riposté aux individus armés, qui se sont repliés dans l’usine. Dépassés, les propriétaires de l’usine ont ouvert le feu sur la foule ». Ces tirs ont causé la blessure de 11 personnes.

Alors que l’information s’est rapidement propagée, plusieurs habitants de la localité se sont précipités sur les lieux et ont mis feu à l’usine malgré l’intervention de la gendarmerie nationale qui n’a pas réussi à calmer les esprits et maitriser la situation.

Rivalité

Selon nos sources, plusieurs interpellations ont eu lieu par les éléments de la gendarmerie nationale, dont celle du patron de l’usine Baaloudj A.

Mais selon des sources bien renseignées dans la région, « il s’agit d’une grande manipulation qui remonte aux dernières élections sénatoriales ». Selon la même source, « Quelques habitants seraient manipulés par le sénateur Ghali Moumen qui est entrain de construire une usine d’eau entre Tebessa et Hammamet ».

« La rivalité entre le sénateur qui devait diriger la campagne de Bouteflika dans la région et Baaloudj Abdessetar, un des propriétaires de l’usine remonte aux dernières élections sénatoriales. Le propriétaire de l’usine voulait être le sénateur de la wilaya, mais il a été disqualifié de la course à cause du rejet de son dossier », conclut la même source. Nous avons essayé de contacter les deux éventuels protagonistes, mais nous n’avons pas réussi à les joindre.

En cette fin de journée, plusieurs sages de la région tentent de former une commission afin de calmer les esprits des manifestants, qui ont réduit en cendre l’usine et tout le matériel qui se trouvait sur les lieux.

Directeur de publication. Passionné par l'enquête et le reportage. Je m'intéresse à tout ce qui se passe autours de moi.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Lire la suite

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Publié

le

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

« Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Lire la suite

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Publié

le

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Lire la suite

Tendances