Connect with us

Economie

Suspension des dessertes maritimes : Le groupe GATMA perd 50% de son chiffre d’affaires

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | bateau Algerie Ferries

La crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus et les mesures préventives qu’elle a imposé, notamment la suspension des dessertes maritimes, ont entraîné une perte de 50 % du chiffre d’affaires du Groupe GATMA,  a indiqué mercredi le DG du Groupe, Smain Larbi Ghomri.

A l’arrêt depuis la décision du Gouvernement de suspendre les dessertes maritimes de voyageurs, à la mi-mars, à l’effet de renforcer les mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus (COVID-19) sur le territoire national, la suspension de l’activité de transport maritime de voyageurs a entraîné une perte de 50 % du chiffre d’affaires du Groupe GATMA, a expliqué à l’APS M. Ghomri.

Hormis les dessertes de rapatriement de ressortissants algériens opérées par l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV), filiale du Groupe Gatma, depuis l’Espagne vers Oran (450 personnes) et depuis la France (Marseille) vers Alger (800 personnes), la flotte nationale de transport de voyageurs, composée de trois navires, est à l’arrêt depuis, a affirmé le DG du groupe.

En indiquant que “la baisse de 50% du chiffres s’approche du deuxième mois consécutif”, le responsable a noté que cette baisse coïncide avec la saison estivale, soit “la saison haute”, qui devait commencer en mois de mars, ce qui “accentue” les pertes pour l’ENTMV et le Groupe.

Concernant l’estimation des pertes financières du groupe, M.Ghomri a indiqué qu’il “est prématuré d’établir un bilan exact et global, car les navires de marchandises continuent d’opérer normalement et cette activité est également incluse dans le chiffres d’affaire du Groupe“.

A cet effet, il a fait savoir que les navires algériens de transport de fret, au nombre de dix (10), continuent à assurer normalement leurs activités dans l’import et l’export des marchandises de et vers l’Algérie.

Dans ce sillage, M. Ghomri a indiqué que l’activité de transport de fret a enregistré une baisse au début du confinement mais “elle a rapidement repris, car les opérateurs économiques et les armateurs, à travers le monde, devaient préserver leurs marchés et alimenter leurs réseaux de distribution pour préserver l’emploi”.

Pour les risques, il a expliqué que “le contact humain est réduit dans ce genre d’activités, car une fois accostés, les navires sont chargés et déchargés à travers des moyens mécaniques, donc, tous les membres des équipages restent confinés à l’intérieur, sauf celui qui s’occupe des démarches administratives ou paperasse, se déplace avec des moyens de protection, ce qui diminue les risques de contamination”.

Par ailleurs, M. Ghomri a fait savoir que les échanges de marchandises n’ont pas été impactées et le transport des produits industriels, comme l’acier, la quincaillerie, la pièce de rechange, les produits chimiques, se poursuit normalement à travers des navires algériens.

Selon lui, le transport d’autres produits, comme les céréales, la poudre de lait et les produits pharmaceutiques, a même enregistré une augmentation en cette période de crise sanitaire, a souligné M. Ghomri, assurant que le Groupe Gatma “poursuivra sa mobilisation pour être au service de l’économie nationale”.

Economie

Ministère de l’Energie: vers la suppression de l’essence super avec plomb

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

L’essence super avec plomb ne sera plus commercialisé au niveau des stations services à partir de l’an 20201 tandis que deux types d’essence seront commercialisés sur le marché, à savoir l’essence normale et super sans plomb, a annoncé lundi le ministère de l’Energie.

Via un communiqué, le ministère a précise que cette décision a été motivée par la “nuisance” de l’essence super avec plomb sur l’environnement.

Ce type de carburant va être supprimée en grande partie ou reformulée avec retrait du plomb pour être transformée en super sans plomb avec un indice d’octane supérieur à 92, ce qui permettra de mettre fin à l’importation d’essence sans plomb”, a indiqué le communiqué rapporté par l’APS.

En outre, le même document informe que deux types d’essence seront commercialisés sur le marché, à savoir l’essence normale et super sans plomb.

“L’essence normale, qui a un indice d’octane entre 86 et 89 est consommée surtout par des véhicules ne nécessitant pas une qualité avec un indice d’octane supérieur. Le marché national peut être approvisionné à 100% par nos raffineries”, a fait savoir le communiqué.

Quant à l’essence super sans plomb avec un indice d’octane 95, le ministère a expliqué que “nous ne produisons pas assez”, mais l’Algérie “a besoin en ce moment d’importer des volumes de compensation”. L’arrêt de son importation sera compensé sur le marché national par le traitement et la reformulation de l’essence super avec plomb, a souligné le ministère de l’Energie.

Continue Reading

Economie

Pétrole: le Brent à près de 42 dollars le baril

Avatar

Published

on

By

Les prix du pétrole étaient relativement stables mercredi, avant la publication par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) des stocks de brut aux Etats-Unis plus tard dans la journée.

Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 41,94 dollars à Londres, en hausse de 0,53% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTI pour le même mois, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, gagnait 0,35% à 39,94 dollars.

Ces gains, à l’image des quelque 0,7% grappillés la veille, restent toutefois “plafonnés par la relance de l’industrie pétrolière libyenne”, notent les analystes du marché.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé le week-end dernier la reprise de la production et des exportations d’or noir sur les sites qu’elle a qualifiés de “sûrs”.

La société “a indiqué que la production devrait passer à 260.000 barils par jour la semaine prochaine, ce qui est loin des 1,2 million produits d’avant l’arrêt, relèvent encore les analystes du marché.

De plus, la Libye pays membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), n’est pas soumis aux coupes de production auxquelles s’astreignent la grande majorité et les signataires de l’accord Opep+. Les investisseurs ont également mercredi les yeux tournés vers le rapport hebdomadaire de l’EIA sur les stocks de brut dans le pays, “qui revêtent une importance plus grande que d’habitude”, estiment les observateurs du marché pétrolier.

Les réserves américaines de brut pour la semaine achevée le 18 septembre sont attendues en baisse de 3,27 millions de barils, a rapporté l’agence Bloomberg.

Continue Reading

Economie

La gestion du métro d’Alger confiée à une entreprise algérienne

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La gestion du métro d’Alger sera confiée à une entreprise algérienne à compter du premier novembre, et ce, après la fin de contrat qui liait l’entreprise du métro d’Alger (EMA) à RATP- El Djazaïr, filiale de la française RATP-Developpement.

En effet, via un communiqué datant du 14 septembre et rendu public récemment, l’EMA a informé que son contrat avec RATP El Djazaïr prend fin le 31 octobre après plus de huit ans de collaboration. Et qu’à compter du 1er novembre la gestion du métro d’Alger sera confiée à une nouvelle entreprise algérienne lui appartenant.

Dans ce sillage, l’EMA a tenu a rassurer les salariés que leurs salaires, droits et privilèges sociaux seront préservés avec l’avènement de la nouvelle entreprise, et ce,conformément aux dispositions législatives relatives aux relations de travail en vigueur.

Par ailleurs, aucune date n’a été communiquée quant à la reprise du service du métro d’Alger. Celui-ci étant à l’arrêt depuis mars dernier en raison des mesures de prévention adoptées pour endiguer la propagation du coronavirus.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR