Connect with us

Politique

Son procès en appel programmé pour demain : RAJ réclame la libération d’Abdelouahab Fersaoui

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Abdelouahab Fersaoui, incarcéré depuis le mois d'octobre 2019


L’association Rassemblement Action jeunesse (RAJ) appelle à la libération d’Abdelouahab Fersaoui en prison depuis le mois d’octobre dernier. Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, à la veille du procès en appel du militant association, devant s’ouvrir ce dimanche 17 mai au niveau de la Cour d’Alger, RAJ rappelle que les chefs d’accusation retenus contre lui sont infondés.


« Abdelouahab Fersaoui est poursuivi pour incitation à la violence et atteinte à l’unité nationale sur le base des articles 74 et 79 du code pénal. Ce sont les mêmes accusations retenues contre tous les activistes du Hirak pacifique qui réclame, depuis plus d’une année, un changement radical du système et la mise en place d’un autre respectueux de la volonté populaire et de l’Etat démocratique », lit-on dans le document de RAJ.

Pour rappel, Abdelouahab Fersaoui a été arrêté, le 10 octobre dernier à Alger alors qu’il revenait d’un sit-in devant le tribunal de Sidi M’hamed. Il a été conduit vers une destination inconnue, avant d’être présenté, trois jours après, devant le procureur de la justice qui l’a placé sous mandat de dépôt.

Sept mois après, il a été condamné par le tribunal de Sidi M’hamed à une année de prison ferme et 20 000 DA d’amende. L’association RAJ rappelle aussi, dans son communiqué, « la série de violations de la loi enregistrées depuis l’arrestation d’Abdelouahab Fersaoui à la programmation de son procès en appel pour le 3 mai dernier sans informer ses avocats ».

« De nombreux activistes du Hirak et des journalistes ont été victime de ces précédés répressifs. Ils traduisent une volonté du pouvoir réel d’imposer le fait accompli, tout en instrumentalisant la justice pour faire taire toute voix libre qui s’oppose à son projet autoritaire visant à garantir la continuité d’un régime illégitime qui a perdu toute crédibilité », dénonce l’association.

Poursuivant, RAJ condamne également « l’augmentation de la cadence des arrestations et des intimidations qui visent les activistes du Hirak en cette période de confinement ». Pour l’organisation, « il s’agit d’un grave dérapage du régime qui exploite la crise sanitaire pour se venger de militants pacifique ».

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR