Connect with us

Economie

Signature d’un accord pour l’expérimentation nouvelle d’un système d’irrigation

Feriel Bouaziz

Published

on

La direction générale des forêts DGF a signé, jeudi à Alger, un protocole d’accord avec le Programme alimentaire mondiale PAM portant sur l’essai d’un nouveau système d’irrigation des plantations, “plus économe” par rapport au système classique de goutte à goutte, rapporte l’APS.

À l’issue de la signature dudit document avec le représentant du Programme alimentaire mondiale (PAM), le directeur général de la DGF, Ali Mahmoudi a indiqué que “Cet accord technique porte sur l’acquisition, dans un premier temps, d’un quota de 1.600 unités d’irrigation qui seront testées dans quatre sites pilotes situés dans les wilayas de Skikda, Adrar, Tindouf et Illizi “.

Il a également affirmé que cette expérimentation “pointilleuse” sera réalisée sur des espèces nobles tels l’arganier, l’acacia, l’olivier de la Perrine pour son éventuelle généralisation.

Un système innovant

Par ailleurs, le représentant de la PAM, Lyes Kahouadji, qui a fait une présentation de ce produit, a expliqué quant a lui qu’il s’agit la “d’un système innovant appelé Growbox, ou Water box, qui consiste à accompagner la plante au cours de sa première année afin de lui permettre de se développer en lui apportant une réserve d’eau à proximité, tout au long d’une année”.

Se référant a ses explications, “ce système contient 15 litres d’eau stockés qui ne seront pas évaporés dans la nature mais plutôt utilisés exclusivement pour arroser l’arbuste”. rapporte l’APS.

De surcroît, Sabrina Rachdi, sous-directrice de reboisement et pépinières auprès de la DGF a expliqué que “le PAM a proposé à l’Algérie d’utiliser ce système dans le cadre du programme national de plantation de 43 millions d’arbres”, d’après la même source.

Selon ses dires, “le système, déjà  expérimenté par certains pays pour l’irrigation des cultures vivrières dans les zones arides et semi  arides, permet d’avoir de la disponibilité en eau pendant une année au lieu du système d’irrigation classique qui nécessite des quantités importantes en ressources hydriques et de l’argent pour son entretien“.

Par ailleurs, le président du Conseil interprofessionnel du caroubier, Boublenza Chakib, a affirmé de son coté que “le conseil compte adopter ce système pour le développement de la filière caroubier en Algérie notamment dans le sud et les hauts plateaux“.

l’intérêt c’est d’investir dans la production de ce produit localement pour le commercialiser au niveau du marché national et même au niveau des pays limitrophes tels le Mali et le Niger”, déclare Boublenza Chakib.

Nous pourrons éventuellement entamer des négociations avec le partenaire hollandais pour obtenir la licence de fabrication de ce produit“, a-t-il  soutenu.

Ces efforts sont indispensables et primordiaux pour atteindre les objectifs de développement durable et assurer notre sécurité alimentaire et préserver nos ressources en eau”, ont conclu les mêmes responsables. 

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR