Connect with us

Accueil

Services des urgences: mécontent, le Pr Benbouzid fixe un ultimatum aux DSP

Published

on

Le ministre de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benbouzid, a exprimé son «mécontentement» quant à l’état dans lequel se trouvent les services des urgences à travers certains établissements hospitaliers. Les directeurs de la santé de wilaya ont 15 jours pour les réhabiliter.

Lors d’une séance de travail, tenue mercredi par visioconférence, avec les DSP, le ministre «a donné des instructions strictes en vue de la réhabilitation des services des urgences», accordant aux directeurs «un délai de 15 jours afin d’apporter les changements nécessaires», indique un communiqué du ministère.

En début février 2022, le ministre de la Santé a fait savoir que son département a décidé de donner la priorité aux services des urgences au sein des programmes de réhabilitation. Pour lui, il s’agit d’«un défi à relever» afin de rattraper le retard enregistré durant les deux années de la pandémie de Covid-19.

Trois mois après, la situation ne semble pas avoir changé dans certaines wilayas. D’où la colère du ministre. Le Pr Benbouzid, «n’a pas caché son mécontentement», lit-on dans le compte rendu de la réunion, quant à l’état de certains services des urgences dans des structures hospitalières qu’il a visitées «inopinément» en personne.

Sur ce, le ministre a insisté sur la nécessité d’appliquer à la lettre ses instructions, ajoutant qu’il sera procédé à l’évaluation du travail de tous les responsables, suivie de mesures à la lumière des résultats. Comprendre: des sanctions contre les défaillants.

C’est pourquoi, le ministre a appelé les responsables «à sortir des bureaux et à descendre sur le terrain».

Outre l’importance accordée aux services des urgences, d’autant plus qu’ils constituent  la vitrine des hôpitaux, le Pr Benbouzid a appelé à «garantir la maintenance du matériel médical, assurer une meilleure prise en charge du malade et mettre en place les conditions d’hygiène». Il les a également invité «à organiser la permanence, à maintenir la coordination entre les chefs de services et à assurer les conditions adéquates dans les chambres de gardes».

Il est vrai que toutes ses instructions sont de nature à améliorer, ne serait-ce que partiellement, la prise en charge sanitaire dans les hôpitaux. Toutefois, «c’est leur application qui fait généralement défaut», de l’avis des professionnels du secteur. Reste donc à savoir si ce plan ne demeurera pas du noir sur blanc…

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR