Connect with us

Monde

“Séparatisme”: 76 mosquées risquent de fermer en France

Meriem Nait Lounis

Published

on

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé ce jeudi matin à travers la radio RTL, que 76 mosquées en France soupçonnées de “radicalisation” et de “séparatisme” vont être contrôlées les prochains jours, et “si jamais ces doutes sont confirmés” il demandera leur fermeture.

Le ministre français a précisé qu’il existe “2500 lieux de culte musulmans en France” ce qui écarte, selon lui, son rapprochement de la “radicalisation généralisée”, comme “on peut parfois entendre”.

Selon le responsable, “il y a des endroits très concentrés des lieux de culte qui sont manifestement anti-républicains”, notamment, ceux qui tiennent des propos qui sont “contraires” à la République française, ceux qui appellent à “la haine du juif“, “la haine du catholique“, “la haine de la France“, ceux qui ont des financements qui sont “plus que douteux” et aussi la fréquentation de ces lieux par des personnes poursuivies pour “apologie du terrorisme”. Pour le ministre français, ce qu’il vient de citer ne sont pas “des bons signes en général”.

Parmi les 76 lieux de culte en question, 16 mosquées se situent en région parisienne vont être “particulièrement” surveillés et contrôlés, il reste dont 60 autres localisées dans le reste de la France, avait révélé le journal Le Figaro.

Cette décision intervient à moins d’une semaine avant que le Conseil des ministres n’examine le projet de loi de “séparatisme” qui s’intitule désormais “confortant les principes républicains” et qui, selon ses initiateurs, vise à lutter contre “l’islamisme radical” et “le séparatisme”. Le projet de loi prévoit également de nouvelles sanctions contre notamment “la haine en ligne” qui donnera lieu “à une peine maximale de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende“, selon les médias locaux.

En plus du ministre de l’Intérieur, le Président français, Emmanuel Macron, s’est montré favorable à ce projet de loi qui selon le député français, Eric Ciotti, “sera un coup pour rien”. De son côté, le député français Jean-Luc Mélenchon a estimé que “le discours sur le séparatisme, c’est une mise une scène dramatisante absolument inutile : la loi, telle qu’elle est aujourd’hui, permet de réprimer les actes délictueux tels que d’éventuels prêches, de quelque religion que ce soit, contre la République ou appelant à la violence“.

Ce projet de loi a été initié suite à l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty. Après sa transmission aux présidents de l’Assemblée nationale française et du Sénat, le Conseil des ministres prévoit de l’examiner le 9 décembre courant.

Continue Reading
Comments