Connect with us

Accueil

Sénatoriales : bagarre et argent sale au FLN

Les primaires organisées par le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, pour désigner les candidats du parti aux prochaines sénatoriales virent au cauchemar. A peine lancée, l’opération est émaillée par de graves incidents.

Melissa NAIT ALI

Published

on

En effet, des scènes de violences ont marqué le « scrutin interne au FLN ». Dans plusieurs wilayas, des élus et des cadres se sont livrés à des coups de poings et des échanges violents. Lancés durant le week-end dernier, l’opération de désignation des candidats du parti enregistre les premières violences.

Dans plusieurs wilayas, comme on le constate sur des vidéos postées sur les réseaux sociaux, le vote donne suite à des batailles rangées entre les militants et les élus. Tout a commencé, samedi dernier, dans la wilaya de M’Sila. Organisée dans un hôtel, la réunion destinée à l’élection du candidat de ce parti aux sénatoriales s’est terminée en queue de poisson. Les élus devant passer aux urnes pour départager les candidats ont fini par se bagarrer à coup de chaises et autres projectiles.

Les listes de candidats contestées

Contestants les listes de candidats choisis, les mécontents ont procédé à l’interruption du vote. Ce qui a donné suite à des scènes de violence. Et la rencontre a dû être annulée et les organisateurs ont pris la fuite de craintes d’être pris à partie par les mécontents.

Le même scénario s’est reproduit dans plusieurs wilayas, notamment à l’Est du pays. A Annaba, El Tarf et dans d’autres localités où sont organisées des élections, on signale aussi des escarmouches entre élus qui n’ont pas hésité à recourir à la violence pour dénoncer « les magouilles » des organisateurs et de certains candidats.

A Annaba, c’est l’émissaire de Djamel Ould Abbas et membre du bureau politique du FLN, Adam Kobi, qui a été pris à partie. Ayant tenté de superviser l’élection du candidat du parti dans cette wilaya, sur une liste de 17 prétendants, le représentant du patron de l’ex-parti unique a eu droit à une véritable volée de bois vert.

Les contestataires lui ont fait entendre des vertes et pas mûres. Ils ont surtout contesté la manière avec laquelle la liste des candidats a été établie. Ayant promis de lutter contre la Chkara et la corruption politique, Djamel Ould Abbès a également échoué aussi dans ce domaine. Et pour cause, l’achat des voix et l’utilisation de la Chkara sont au rendez-vous. Comme durant les années précédentes, les candidats FLN au Sénat mettent les « gros sous ».

 

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR