Sellal: « Bouteflika a choisi, lui-même, chaque mot de sa lettre de candidature »

Le directeur de campagne du président Abdelaziz Bouteflika au prochain rendez vous électoral du 18 avril, Abdelmalek Sellal, a prononcé un discours de nouveau genre en marge de sa rencontre aujourd’hui jeudi 14 février avec le secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd, et du président du FCE, Ali Haddad au siège du syndicat à Alger.

Crédit photo: DR | Abdelmalek Sellal, ancien premier ministre et directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika

Grand Angle (300x600)

Le directeur de campagne du président Abdelaziz Bouteflika au prochain rendez vous électoral du 18 avril, Abdelmalek Sellal, a prononcé un discours d’un nouveau genre en marge de sa rencontre aujourd’hui jeudi 14 février avec le secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd, et du président du FCE, Ali Haddad au siège du syndicat à Alger.

Abdelmalek Sellal a prononcé un discours de campagne avant l’heure. Il a profité de cette occasion pour « répondre aux observateurs » qui doutent de l’authenticité de la lettre de l’annonce de la candidature de Bouteflika, en précisant que ce dernier « a veillé lui seul à l’écriture de la lettre-programme et il a choisi, lui-même, chaque mot ».

« Le cheval gagnant » du président qui dirige sa quatrième campagne électorale pour « le père Moudjahid » insiste sur la modification de la constitution « prévue cette année ». Il justifie cela par la nécessité d’entamer « de grandes réformes pour aller vers l’avant, à savoir, la modification de la constitution, de politiques économique et même des changements politiques » a-t-il assuré.

Il est important de rappeler que la constitution a été modifiée  trois fois depuis l’arrivée du président Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en 1999. Cette manoeuvre peut être justifiée par la maladie du président Abdelaziz Bouteflika, et la volonté de son entourage à rester au pouvoir. Selon nos informations, ils préparent la création du poste de vice président, pour rester au pouvoir même après un éventuel décès du chef de l’état qui souffre d’un AVC depuis 2013.

L’ancien premier ministre a, comme il a toujours fait lors des précédentes campagnes électorales, développé un discours populiste. La conférence nationale évoquée dans la lettre de Bouteflika, « se tiendra cette année s’il est élu » précise-til en promettant « des réformes majeures afin d’améliorer le cadre de vie sans toucher les avantages sociaux ».

 

Adsence Milieu article