Santé: manger du poisson vous prémunit des maladies neurodégénératives

"Manger du poisson pour avoir une mémoire d'éléphant", cette expression que l'on écoute le plus souvent pour mettre en avant le bénéfice que l'on attribue aux poissons, s'identifie-t-elle aux arguments scientifiques? 

Crédit photo: DR | Plat de poisson avec des légumes

« Manger du poisson pour avoir une mémoire d’éléphant » , cette expression que l’on écoute le plus souvent pour mettre en avant le bénéfice que l’on attribue aux poissons, s’identifie-t-elle aux arguments scientifiques?

 

 

Avec une teneur en phosphore de 100 à 200 mg (selon les poissons), le poisson est considéré comme excellent stimulateur de la mémoire. Cependant, certaines études américaines plaident que le phosphore n’aurait pas d’impact direct sur la teneur des cellules en phospholipides (lipides contenant de l’acide phosphorique qui interviennent dans la composition physico-chimique des membranes cellulaires de l’organisme) et encore moins sur la mémoire. Néanmoins, le phosphore reste un minéral essentiel au métabolisme et donc indispensable au bon fonctionnement du cerveau.

Les incroyables bienfaits du poisson 

Ainsi, Même si les recherches arguent que le poisson ne participe pas directement à la stimulation de la mémoire, elles mettent tout de même en évidence ses bénéfices. Les poissons notamment les poissons gras comme le saumon ou le hareng sont sources d’oméga-3, des acides gras essentiels au bon fonctionnement cérébral. Il joue également un rôle important dans la prévention des maladies neurodégénératives à l’instar de l’Alzheimer. Selon le rapport Anses 2011, la consommation régulière de poisson diminuerait le risque de développer une démence vasculaire liée à l’âge, de 30 à 40% chez les personnes consommant du poisson en comparaison avec ceux qui n’en consomment pas.

Par ailleurs, le poisson pourrait également ralentir et atténuer la dégénérescence cognitive chez les personnes atteintes d’Alzheimer. En plus de sa lutte contre les maladies dégénératives, le poisson pourrait être un excellent allié de prévention  contre la dépression. En effet, l’Omega 3 que contient le poisson contribuerait significativement à prévenir la maladie. Des études notent que la consommation de l’Omega 3 pourrait réduire les symptômes de la dépression avec une efficacité similaire à celle procurée par les antidépresseurs. Alors les vegans, il va falloir que vous changiez d’avis.

Adsence Milieu article