Connect with us

Accueil

Santé: le SNPSP dénonce «la rupture du dialogue» par le ministère

Published

on

© DR | Dr. Lyes Merabet, président du SNPSP

Alors que le chef de l’Etat a, à maintes fois, insisté sur le dialogue avec les partenaires sociaux, le Syndicat national des praticiens de santé publique (Snpsp), a accusé, ce mardi 29 mars, le ministère de la Santé, d’«avoir rompu le dialogue» de manière unilatérale, autour de ses revendications.  

Le syndicat qui décrit un contexte socioprofessionnel «difficile» pour les blouses blanches, caractérisé notamment par «la dégradation continue du pouvoir d’achat», a enregistré avec regret «le retard de la tutelle» dans la prise en charge des revendications portées et négociées depuis des années. Pourtant, affirme le Snpsp dans un communiqué, il y a «des engagements contenus dans des PV de réunions» et «des garanties» données par le ministre de la Santé lors de rencontres avec des représentants du Bureau national.

Dans le même registre, le Syndicat du Dr Lyes Merabet regrette «la rupture du dialogue du coté du ministère et la suspension du travail de la commission centrale chargée du suivi des dossiers des praticiens de santé publique». La dernière réunion de ladite commission remonte au 27 octobre 2021, rappelle le Snpsp. C’est-à-dire, aucune réunion depuis cinq mois.

Plusieurs dossiers sont traités au niveau de cette commission, dont «la révision du statut particulier», «l’alignement des diplômés de Doctorat en médecine dentaire et en pharmacie à la grille de salaires de la Fonction publique» et «le problème des praticiens en service dans des secteurs autres que la Santé, privés de la prime Covid-19 et des concours».

Aussi, il est question du versement de la prime Covid-19, instituée par le Président de la République, notamment les tranches 6, 7 et 8 qui enregistrent un «retard injustifié», de «l’assurance globale au personnels du secteur», d’une «pension aux familles des fonctionnaires décédés en luttant contre la pandémie» et enfin des «libertés syndicales».

Le syndicat a, pour toutes ces raisons, appelé le ministère de la Santé à «honorer ses engagements». Ce mardi matin, le Pr Abderrahmane Benbouzid qui se trouvait à Tizi-Ouzou, pour une visite de travail, a été interrogé sur le statut particulier des personnels du secteur. Sa révision «interviendra avant la fin de l’année», a-t-il répondu, précisant que les propositions concernant ce dossier «sont traitées au niveau des services concernés dont ceux de la Fonction publique».   

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR