Connect with us

Accueil

Sanction de l’UE contre des médias pro-russes: Le SNJ France dénonce « un acte de censure »

Published

on

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) de France, a critiqué la décision de l’Union européenne de s’en prendre aux médias financés par la Russie (Russia Today et Sputnik), dénonçant « un acte de censure qui réduit le pluralisme de l’information ».

« En temps de guerre, la tentation est souvent grande de régler ses comptes en s’attaquant à des médias », accuse le SNJ dans un communiqué. Pour lui « s’en prendre à des journalistes, les expulser, interdire les chaînes ou les journaux dans lesquels ils travaillent constitue, quelles que soient les intentions affichées, un acte de censure qui réduit le pluralisme de l’information ».

Le 27 février dernier, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a annoncé le bannissement de l’Union européenne des chaînes de télévision Russia Today et du média en ligne Sputnik, accusées d’être « la machine médiatique du Kremlin ». Ces deux médias « ne pourront plus répandre leurs mensonges », a-t-elle déclaré.

Depuis, leurs journalistes sont « la cible d’insultes intolérables sur les réseaux sociaux (« collabos », « ennemis de l’intérieur », etc…), mais également de menaces physiques », s’inquiète le SNJ.

Tout en admettent que « le positionnement éditorial de RT France est souvent discuté et contesté (y compris au sein de la chaîne) » et son traitement de l’actualité russe, en particulier, :a été largement analysé, critiqué, moqué parfois », le syndicat estime toutefois « inacceptable » de s’en prendre ainsi à ses salariés.

« Les intimidations et menaces de représailles n’ont jamais fait avancer la cause de la liberté de la presse », écrit le SNJ, accusant à demi-mot l’UE de « violence »: « Confondre, sans la moindre nuance, le travail d’une rédaction avec la politique du pays qui la finance est un raccourci dangereux, parfois emprunté pour justifier des violences à l’égard de reporters. C’est faire peu de cas de la conscience professionnelle de ces journalistes, de leur volonté de traiter l’information avec sérieux et honnêteté ».

Le SNJ a exprimé par ailleurs son « plein soutien » aux journalistes présents en Ukraine qui « tentent courageusement, sous les bombes, d’accomplir au mieux leur mission d’information » et ceux en Russie qui « font face à la censure et aux menaces à grande échelle d’un régime liberticide ».

« On ne défend jamais la liberté en attaquant les journalistes », crie le syndicat.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR