Connect with us

Politique

Said Sadi fustige Rached : « ma société n’est toujours pas la votre »

Melissa NAIT ALI

Published

on

RCD : Saïd Sadi se retire définitivement du parti
© DR | RCD, Saïd Sadi se retire définitivement du parti

L’ancien président du RCD, Saïd Sadi, clashe les islamistes de Rachad qui tentent de le dénigrer. Dans un long texte-réponse publié sur page Facebook, il assène toutes les vérités, opposées ainsi aux mensonges de cette organisation islamiste, composée essentiellement d’ancien du FIS, qui tente de faire une OPA sur le mouvement populaire en Cours depuis le 22 février 2019.

Saïd Sadi rappelle d’abord toutes les attaques de cette nébuleuse, dont il a fait l’objet, avant de mettre tous les points sur les « I ». Il donne ensuite l’estocade : « Sous une casquette, un turban, une kippa ou avec une croix, un dictateur reste un dictateur. Ce qui est vrai partout l’est encore plus chez nous. Il faut toujours rappeler qu’en Algérie, l’islamisme est arrivé au pouvoir par le biais des militaires. C’est lors du coup de force perpétré au Caire en aout 1957 par le segment militariste du FLN qu’ont été réintroduits les référents islamistes dans les textes de la révolution (…) L’Algérie ne s’est jamais remise de ce putsch », écrit-il.

Saïd Sadi répond, de surcroît directement à cette organisation qui l’a calomnié et diffamé. « Non messieurs de Rachad, ma société n’est toujours pas la vôtre. Nous n’appartenons pas au même monde moral ni au même univers intellectuel », lit-on dans le texte de Saïd Sadi.


L’instrumentalisation de la religion, ajoute-t-il, « n’a nulle part accouché d’une société de fraternité, de paix, de justice et de liberté ». « La confiscation du culte musulman par l’idéologie intégriste a vécu. Lire et entendre son époque est toujours de bonne intelligence. Il est fini le temps où des despotes considéraient l’Histoire comme un tableau noir que l’on efface à chaque fois qu’il faut célébrer son dernier fantasme ; c’est maintenant un miroir qui reflète fidèlement l’action de l’Homme », précise Saïd Sadi, en s’adressant à Rachad.


Et de poursuivre : « Vos faits et gestes, à l’instar de ceux des autres, y sont consignés dans leur nudité. Vous pouvez évoluer – et ce serait bienvenu – mais vous ne pouvez plus rien occulter ».
Pour le Dr Sadi, « l’islamisme, projet théocratique à prétention hégémonique, est désormais un avatar de l’Histoire ». « Ce courant n’a d’autre choix que d’évoluer vers un conservatisme républicain s’il veut exister dans la nouvelle Algérie. En est-il capable ? En tout état de cause, nous ne ferons pas l’économie d’une discussion sérieuse sur la place de la religion dans la société», soutient-il.

Advertisement
9 Comments

9 Comments

  1. Avatar

    Beloud

    29 mars 2020 at 06:16

    Cet individu représente qui au juste je voudrais une réponse bien claire et net svp merci

    • Avatar

      Wina

      29 mars 2020 at 10:08

      Et toi tu es qui pour exiger quoi que ce soit?

    • Avatar

      Ali

      29 mars 2020 at 19:04

      Un usurpateur,un instigateur,un harki qui ne représente même pas si hombre

  2. Avatar

    belkacem

    29 mars 2020 at 10:33

    Toujours au service de ce systeme, retour aux discours des annees 90,le choix entre la peste et le cholera ne s.impose plus.chaque vendredi le peuple clame son choix, le depart de tous, une nouvelle etape sans vous sans eux .

  3. Avatar

    Kat

    29 mars 2020 at 14:06

    Cet individu a soutenu le coup d’état de 1992, pourquoi vous accordez de l’importance à ce qu’il dit ?
    C’est très clair ce monsieur est à la solde des généraux

    • Avatar

      Mastanabal

      29 mars 2020 at 14:58

      Et toi t’es a la solde de qui?

    • Avatar

      Jalal

      29 mars 2020 at 20:04

      Les deux, pour moi, ne sont convaincants, ni Said Sadi, ni ce Rachad, leur but est accéder au pouvoir pour réaliser leurs intérêts pour leur classe et non pas pour la majorité du peuple. Les faits sont têtus. Ces groupuscules qu’on appelle “partis d’opposition” n’ont pu former un front commun pour affronter le régime depuis 1962 à ce jour. Les vrais partis n’ont jamais été agréés, d’ailleurs, ils n’ont pas demandé leur agrément ! Un grand parti authentique d’opposition a été
      sabordé de l’intérieur et dissous. Il représentait les classes laborieuses algériennes. Le régime le craignait et avait mobilisé ses baltagia !! Aujourd’hui quel est parmi ces partis d’opposition agréés, un parti qui représente les classes populaires ? Réponse : je pense aucun. Les islamistes algeriens ont toujours défendu les intérêts de l’impérialisme occidental et des régimes réactionnaires arabes.

      • Avatar

        Kadiri

        29 mars 2020 at 20:15

        Ne s’est il pas trompé de société ? En 1990.le pauvre il veut rebondir après une très longue léthargie. Il n’a qu’un seul leitmotiv ” les islamistes”

  4. Avatar

    Saadi

    31 mars 2020 at 00:33

    Malheureusement pour said saadi notre Algérie aussi n’est pas la sienne et heureusement pour nous l’Algérie dans sa grande majorité c’est nous.
    Son discours toujours archaique et démodé ne change rien à la réalité.
    Un pseudo démocrate, un vrai déspote éradicateur, voulant exclure tous ceux qui ne partagent ses fantasmes. De toutes les façon l’avenir ne peut pas lui appartenir.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le journaliste Sofiane Merakchi

Le journaliste Sofiane Merakchi a quitté la prison d’El Harrach ce mardi 26 mai après avoir purgé sa peine de huit mois de prison ferme.

Le journaliste a été condamné à huit mois de prison ferme le 5 avril dernier. Le parquet près le tribunal dudit tribunal avait requis, le 29 mars, deux ans de prison ferme assortis d’une amende “de cinq fois le coût” de son matériel saisi.

Le journaliste et correspondent de la chaîne libanaise “Al mayadeen” a été placé en détention préventive le 26 septembre 2019 pour avoir fourni des images des manifestations populaires à des médias étrangers notamment à la chaîne télévisée Al Jazeera

Continue Reading

Politique

Le Président Tebboune présente ses voeux aux éléments de l’ANP et des travailleurs du corps médical à l’occasion de Aid El Fitr

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Le président Abdelmadjid Tebboune en compagnie de feu Ahmed Gaid Salah
© DR | Le président Abdelmadjid Tebboune en compagnie de feu Ahmed Gaid Salah

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présenté dimanche, à l’occasion de Aid El Fitr, ses vœux aux éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) et des corps de sécurité, ainsi qu’au travailleurs du corps médical et paramédical.

“A tous les vaillants éléments de l’ANP, officiers, sous-officiers et soldats, plus particulièrement, ceux qui sont déployés le long de nos frontières, je vous souhaite une heureuse fête de l’Aïd. Je prie Dieu le Tout puissant de guider nos pas au mieux des intérêts de notre chère patrie”, a écrit le Président de la République sur son compte Tweeter.

Adressant également les vœux à tous les éléments de la Gendarmerie nationale (GN), de la Police et de la Protection civile, le Président de la République a écrit : “Que votre Aïd soit béni et joyeux. Vous êtes la force de notre pays, puisse Dieu le préserver de tout malheur”.

Le Président de la République a souhaité “une joyeuse fête de l’Aïd à tous les médecins et paramédicaux et à tous ceux qui sont en premières lignes face à l’épidémie de Covid-19». Et d’ajouter : “Nous n’oublierons jamais vos sacrifices pour l’Algérie, que Dieu guide vos pas vers davantage de succès et préserve notre pays”.

Avec APS

Continue Reading

Politique

Concert virtuel d’artistes pour soutenir les prisonniers du “Hirak”

Kenza Ait Bachir

Published

on

© INTERLIGNES. 47e mardi de mobilisation consécutif.

On ne s’arrêtera pas! On ne se taira pas!” Des artistes algériens se mobilisent samedi pour un concert de solidarité diffusé en ligne afin de soutenir les prisonniers du “Hirak”, le mouvement populaire antirégime, et défendre la liberté d’expression en Algérie.

Le concert –nommé “Songs of Freedom” (Chants de liberté)– est organisé par un regroupement de collectifs de la diaspora algérienne. Il sera diffusé samedi à partir de 20H00 GMT (21H00 à Alger) sur YouTube et plusieurs pages Facebook, à quelques heures de l’Aïd El-Fitr, la fête qui marque la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, selon les organisateurs.

L’idée du concert est née à l’initiative de Free Algeria, qui réunit des collectifs de la diaspora disséminés en France, aux Etats-Unis, en Suisse, en Belgique, en Italie ou encore en Autriche. Les organisateurs ont recueilli le soutien d’une quinzaine d’artistes algériens et de médias comme Radio Corona Internationale, Wesh Derna, Berbère TV et L’Avant-Garde, “site d’information des luttes progressistes”, récemment censuré en Algérie.

Parmi les artistes qui monteront virtuellement sur scène: le groupe algéro-québecois Labess, le rockeur gnawi Cheikh Sidi Bémol et la chanteuse de rock progressif Amel Zen. Ces derniers ont envoyé un clip vidéo avec un message adressé aux détenus du “Hirak” suivi de leur performance musicale, explique à l’AFP Faïza Menai, membre du collectif Debout l’Algérie et de Free Algeria, saluant le courage des artistes basés en Algérie qui participent à l’événement malgré le climat de répression.

La compilation des contributions aboutira à un concert d’un peu plus d’une heure. –

“Deux virus: corona et répression”

En dépit de l’arrêt forcé des manifestations du “Hirak” depuis la mi-mars, à cause de l’épidémie de Covid-19, la répression continue de s’abattre sur des opposants politiques, des journalistes, des médias indépendants et des internautes.

Quinze militants ont été condamnés cette semaine à des peines de prison ferme, dont trois pour leurs publications sur les réseaux sociaux. “Ce soir nous allons chanter pour les détenus d’opinion.

Nous allons veiller et penser à tous ces prisonniers politiques enfermés dans leur cellule, loin de leurs parents, de leur famille, de leurs enfants, de leurs amis”, a écrit Cheikh Sidi Bémol sur Facebook. “Je participe en solidarité avec les détenus. Il faut les libérer! Ce n’est pas normal de continuer à réprimer les libertés”, a déclaré Amel Zen à l’AFP.

“Nous avons deux virus: le corona et la répression.” Les noms d’une soixantaine de prisonniers du “Hirak” et les photos de quelques-uns d’entre eux figurent sur l’affiche du concert qui circule sur les réseaux sociaux. Parmi les slogans en arabe et en français qui apparaissent sur l’affiche: “On ne s’arrêtera pas! On ne se taira pas! Pour un Etat de droit! Pour une liberté d’expression!”. Selon le groupe Labess, “la liberté d’expression et le respect des droits de l’Homme sont en danger en Algérie”.

“Les médias sont muselés, des jeunes sont arrêtés pour de simples publications sur les réseaux sociaux. Nous devons les soutenir, montrer qu’ils sont toujours dans nos pensées”, a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Né en février 2019 d’un immense ras-le-bol des Algériens, le “Hirak” réclame un changement du “système” en place depuis l’indépendance du pays en 1962. En vain, jusqu’à présent, même s’il a obtenu en avril 2019 la tête du président Abdelaziz Bouteflika après 20 ans de règne.

Vous pouvez vous inscrire à l’événement avant même son lancement pour recevoir une alerte et ne rien manquer.

Avec AFP

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR