Suivez-nous

Politique

RSF dénonce l’emprisonnement du Journaliste Rabah Karèche

Feriel Bouaziz

Publié

le

© DR | Sit-in en solidarité au journaliste incarcéré Rabah Kareche
© DR |Sit-in au siège du journal Liberté en solidarité au journaliste Rabah Karèche

L’ONG Reporters Sans Frontières (RSF) a qualifié d'”incompréhensible“, la confirmation de la détention préventive prononcée hier, 27 avril par la cour de Tamanrasset à l’encontre du Journaliste Rabah Kareche, correspondant du quotidien Liberté.

Le maintien en détention de Rabah Karèche est incompréhensible“, a déclaré le directeur du bureau Afrique du Nord de RSF, Souhaieb Khayati. “Nous appelons à la libération immédiate et à l’abandon des charges retenues à l’encontre du journaliste qui n’a fait que son travail d’information”, exige-t-il.

Contacté par l’ONG, Me Amirouche Bakouri, membre du collectif de défense du mis en cause considère que l’incarcération de Rabah Karèche comme “un cas exceptionnel en Algérie“, regrettant que “l’article 54 de la Constitution ne soit qu’un discours politique et une vitrine pour l’étranger“.

Rabah Kareche est poursuivi pour “création d’un compte électronique pour y publier des renseignements pour la promotion d’un programme d’idées, d’informations, dessin ou photo susceptibles de provoquer la discrimination et la haine dans la société”, “atteinte à l’intégrité du territoire national” et “propagation des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics” conformément à l’article 34 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine et aux articles 79 et 196 bis du code pénal.

“Harcelé”, depuis des mois par la police judiciaire et convoqué à plusieurs reprises par la section de la cybercriminalité, le journaliste a répondu, au total, à 5 convocations. Il avait été auditionné, avait-il précisé, “sur ordre du Procureur de la république au sujet d’articles de presse publiés dans le journal Liberté”. La dernière en date étant le 18 avril, où ce dernier a été maintenu en garde à vue puis placé le lendemain en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Tamnarasset.

Pour rappel, l’Algérie figure comme l’an dernier à la 146e place du dernier classement mondial de la liberté de la presse 2021 publié par Reporters Sans Frontières (RSF).

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR