Connect with us

Politique

Révision de la Constitution : Le FLN installe sa commission chargée de l’élaboration de propositions

Avatar

Published

on

© DR | Siège du FLN à Hydra, Alger

Le parti du Front de libération nationale (FLN) a installé mardi à Alger une commission chargée de l’élaboration des propositions sur la révision de la Constitution, exprimant le souhait qu’elle s’acquitte sérieusement de sa mission pour apporter une contribution appréciable qui soit à la hauteur du parti, rapporte l’agence officielle.

S’exprimant lors d’une conférence de presse animée au siège du parti, le secrétaire général par intérim du FLN, Ali Seddiki a précisé que la commission, composée d’universitaires, constitutionnalistes, sociologues et politologues, “procèdera à l’analyse, au diagnostic et à la prospective de notre expérience constitutionnelle”. “Ladite commission exposera également le parcours, le bilan ainsi que l’évolution enregistrée à travers une approche multidimensionnelle: historique, politique et fonctionnelle, jusqu’à la révision constitutionnelle décidée par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune”, a-t-il ajouté.

Valorisant la décision du Président de la République de procéder à la révision de la Constitution, M. Seddiki a souhaité que cette démarche soit un tournant décisif dans l’histoire de l’Algérie et un couronnement de la lutte du peuple algérien sur la voie de  la liberté et la démocratie, en réponse aux mutations, à travers la consécration de la souveraineté du peuple et la préservation de l’unité nationale et de l’identité algérienne avec ses trois composantes: l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité”.

“Il s’agit d’une révision et pas d’une nouvelle Constitution. Cette révision revêt une importance particulière en raison de plusieurs considérations notamment dans une conjoncture particulière et exceptionnelle marquée par les profondes mutations  que connaît le paysage politique national”, a-t-il poursuivi.

“La Constitution doit s’adapter aux exigences de cette nouvelle réalité que vit la société, à travers la définition de la nature du système de gouvernance, la consolidation des libertés, en mettant l’Algérie sur les rails du changement radical en rupture avec toutes les anciennes pratiques”, a expliqué M. Seddiki.

Faisant savoir que la nouvelle version de la Constitution sera soumise à un référendum populaire, le SG par intérim du parti FLN a déclaré: “cette question est primordiale car cette révision consacrera la volonté souveraine du peuple et sera un garant des droit des citoyens, tout en renforçant les libertés individuelles et collectives, les droits de l’Homme et en consacrant la justice sociale et la souveraineté de la loi”.

Politique

APN : Boukadoum participera à une réunion parlementaire lundi prochain

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Une réunion parlementaire se tiendra lundi prochain avec la participation du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale et des Compétences à l’Étranger, Rachid Bladehane, annonce jeudi un communiqué de l’Assemblée nationale populaire.

La commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté de l’Assemblée populaire nationale (APN), présidée par Abdelkader Abdelaoui, tiendra lundi prochain, à 10h00, une séance de travail avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale et des Compétences à l’Étranger, Rachid Bladehane, afin de “discuter des questions d’actualité”, précise le document de la chambre basse du parlement, publiée jeudi sur Facebook.

Il est à noter que la programmation de cette réunion intervient après la décision de l’Algérie de rappeler “immédiatement” pour “consultations” son ambassadeur à Paris et ce suite à la diffusion de programmes, par des chaînes de télévision publiques françaises, jugés comme “des attaques contre le peuple Algérien et ses institutions”.


Continue Reading

Politique

Documentaires sur le Hirak : le ministère français des Affaires Etrangères s’exprime

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

La Porte-parole du ministère français des Affaires Etrangères a réagi jeudi à la décision de l’Algérie de rappeler “immédiatement” son ambassadeur en France après la diffusion de programmes, par des chaînes de télévision publiques françaises, jugés comme “des attaques contre le peuple Algérien et ses institutions”.

“L’ensemble des médias jouissent d’une complète indépendance rédactionnelle qui est protégée par la loi en France“, a soutenu jeudi la porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Agnès von der Mühll, lors de son point de presse quotidien.

“Dans le cadre des relations profondes et anciennes qui existent entre nos deux pays, et auxquelles nous attachons la plus grande importance, la France respecte pleinement la souveraineté de l’Algérie. Nous entendons, sur cette base, continuer à travailler à l’approfondissement de la relation bilatérale”, a-t-elle ajouté sans pour autant commenté sur le rappel “immédiat”de l’ambassadeur algérien à Paris.

Pour rappel, l’Algérie a décidé mercredi de rappeler “immédiatement” pour consultations son ambassadeur en France, suite “au caractère récurrent de programmes” diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises qui sont des “attaques contre le peuple Algérien et ses institutions, dont l’Armée nationale populaire”, indique mercredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères, comme indiqué dans un communiqué du ministère algérien des Affaires Etrangères.

“Le caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises, dont les derniers en date sur France 5 et la Chaîne Parlementaire, le 26 mai 2020, en apparence spontanés et sous le prétexte de la liberté d’expression, sont en fait des attaques contre le peuple algérien et ses institutions” dont l’armée, “digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN)”, affirme le communiqué.

Le document fait allusion aux deux films documentaires, “Algérie Mon Amour” et “Algérie: Les Promesses de l’Aube”, diffusés mardi soir respectivement sur la chaîne du service public France 5 et La Chaîne Parlementaire (LCP).




Continue Reading

Politique

Coronavirus : le confinement partiel prolongé jusqu’au 13 juin

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Confinement partiel étendu à 4 autres wilayas

Le dispositif de confinement partiel a été reconduit de 15 jours supplémentaires soit jusqu’au 13 juin à l’exception des wilayas de Saïda, Tindouf, Illizi et Tamanrasset où la mesure de confinement a été levée, indique ce jeudi un communiqué des services du Premier ministre.

La décision de lever totalement le confinement dans ces quatre wilayas est motivée par “les résultats favorables enregistrés”, souligne le communiqué.

Par ailleurs, “l’application d’un confinement partiel à domicile, de 17 heures jusqu’au lendemain à 7 heures du matin, applicable aux wilayas de Batna, Béjaia, Blida, Tlemcen, Tiaret, Tizi-Ouzou, Alger, Sétif, Sidi Bellabes, Constantine, Annaba, Médéa, Oran, Bordj Bou Arreridj, Tipaza et Ain Defla et ce, pour une période de quinze (15) jours, applicable à compter du samedi 30 mai jusqu’au samedi 13 Juin 2020”, annonce la même source.

Il a été également décidé de “la prorogation, pour le reste des wilayas, du confinement partiel à domicile de 19h00 jusqu’au lendemain à 7h00 du matin pour une période de quinze (15) jours, applicable à compter du samedi 30 mai jusqu’au samedi 13 juin.



Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR