Connect with us

Politique

Réunion gouvernement-walis: Tebboune évoque “des forces d’inertie qui œuvrent contre la stabilité du pays”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Abdelmadjid Tebboune a déclaré, mercredi, lors de la réunion gouvernement-walis, qu’il y a “des forces d’inertie qui œuvrent contre la stabilité du pays et espèrent toujours parvenir à une situation de chaos”, rapporte l’agence de presse APS.

Relevant une “complicité au sein de l’administration”, Abdelmadjid Tebboune a affirmé, que plusieurs enquêtes sont en cours pour identifier les responsables de plusieurs incidents notamment le retard dans l’octroi des primes promises aux personnels mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Ces enquêtes visent, selon lui, à savoir “qui a fait quoi ?” et “qui bloque ?”.

Revenant sur les décisions, annoncées mardi, portant le limogeage et la suspension de certains responsables locaux ainsi que leur soumission à des enquêtes, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que ces décisions ne “représentent qu’un début”.

“Des décisions partielles ont été prises (…) pour mettre fin aux fonctions de certains responsables locaux. Il ne s’agit que d’un début, car nous tiendrons pour responsables tous ceux qui ne parviennent pas à prendre en charge et résoudre les problèmes des citoyens”, a-t-il affirmé.

Abdelmadjid Tebboune a estimé que ces comportements constituent “une continuation du discours négatif prôné par la bande”.

Il s’est dit “ne pas comprendre qu’en 2020 et malgré le mouvement du Hirak béni et toutes les décisions prises par l’Etat pour soulager le quotidien des citoyens, des images horribles, dont se plaignaient les citoyens ces dernières années, demeurent encore”.

Les travaux de la réunion gouvernement-walis ont débuté, mercredi, au Palais des Nations (Club des Pins) à Alger, sous la présidence d’Abdelmadjid Tebboune et en présence du premier ministre, Abdelaziz Djerad, des membres du gouvernement, des cadres centraux et locaux et des élus.

Il s’agit de la deuxième réunion du genre, la première a eu lieu en février dernier sous le thème “Pour une Algérie nouvelle”.




Politique

“Il se faisait passer pour un cadre de la Présidence”: la DGSI arrête Zohir Ansel dit Karim Sifou

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les services de la police judiciaire relevant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure ont procédé, le 16 septembre 2020, à l’interpellation du dénommé “Zohir Ansel” dit “Karim Sifou” pour “usurpation de fonction” et “escroquerie”, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

“Les services de la police judiciaire relevant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure ont procédé, le 16 septembre 2020, à l’interpellation du dénommé “Zohir Ansel” dit “Karim Sifou”, prétendu président du pseudo Conseil des Jeunes Algériens”, indique le communiqué du MDN.

“Cette interpellation intervient suite à une enquête et une poursuite minutieuse qui a abouti à l’implication du mis en cause dans des affaires d’usurpation de fonction de cadre auprès des services de la présidence de la République, d’escroquerie de cadres supérieurs, de pratiques de chantage et de corruption, et d’activités subversives sur les réseaux sociaux. Il prétend, également, entretenir des liens de parenté avec des hauts responsables de l’Etat, civils et militaires”, précise le communiqué.

“Le concerné a été présenté, le 20 septembre 2020 par devant le procureur de la République près du tribunal de Rouïba où le juge d’instruction a décidé de le mettre sous mandat de dépôt au niveau de l’Etablissement pénitentiaire d’El Harrach pour plusieurs chefs d’inculpation à savoir : immixtion, sans qualité, dans des fonctions publiques civiles ou militaires, usurpation de fonction et escroquerie“, ajoute le même document.

Selon la même source, c’est n’est pas la première fois que Zohir Ansel s’implique dans des affaires d'”escroquerie”, le ministère souligne que “ledit escroc fait l’objet de dix-sept (17) condamnations entre 2002 et 2012 par les tribunaux de Khenchla et Oum El Bouaghi, dans des affaires d’usurpation de fonction et trafic d’influence, et faux et usage de faux”.

Notons, par ailleurs, que le ministère de la Défense nationale n’a pas émis de détails concernant la programmation du procès du mis en cause.

Continue Reading

Politique

Début de la campagne électorale du référendum sur l’amendement constitutionnel

Meriem Nait Lounis

Published

on

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohammed Charfi a annoncé ce lundi à travers la radio nationale que le lancement de la campagne électorale pour le référendum d’amendement constitutionnel débutera le 07 octobre.

Dans une entrevue accordé ce lundi à l’émission radiophonique “l’invité du matin”, le président de l’ANIE a annoncé que la compagne électorale pour le référendum d’amendement constitutionnel commencera officiellement le 07 octobre.

Mohammed Charfi note une augmentation de 20% du nombre des inscriptions comparé au scrutin présidentiel du 12 décembre dernier. Il affirme que le nombre a atteint, en moyenne, 15603 inscriptions par jour lors l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales qui a duré 8 jours.

Continue Reading

Politique

Sabri Boukadoum en visite de travail en Tunisie

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le ministre des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum, s’est rendu ce lundi en Tunisie pour une visite de travail d’une journée, annonce un communiqué de ses services.

“Cette visite s’inscrit dans le cadre des relations bilatérales qui relient les deux pays et peuples frères”, indique le communiqué.

Sabri Boukadoum sera reçu par le Président de la République tunisienne, Kaïs Saïed et par le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi. Le chef de la diplomatie algérienne s’entretiendra également avec son homologue Othman Jerandi, selon le document du ministère.

Continue Reading
Advertisement

Tendances