Connect with us

Politique

Réunion du gouvernement: l’enseignement, la formation professionnelle et l’emploi au menu

Le gouvernement a tenu, ce mercredi 23 décembre, sa réunion hebdomadaire. L’exécutif, selon un communiqué rendu public, a examiné deux (2) projets de décrets exécutifs présentés par les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique ainsi que la Formation et l’enseignement Professionnels.

Melissa NAIT ALI

Published

on

DR | Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad

“Le gouvernement a entendu un exposé présenté par le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique relatif au projet de Décret exécutif fixant les conditions et les modalités d’obtention de l’habilitation universitaire”, lit-on dans ce communiqué.

Le projet de texte, ajoute le communiqué, qui a fait l’objet d’une large concertation engagée avec la communauté universitaire, les partenaires sociaux et les différents acteurs du secteur de l’Enseignement Supérieur, porte essentiellement sur une définition précise des catégories bénéficiaires du dispositif de l’habilitation universitaire, l’allègement des procédures relatives à l’obtention de cette qualification, l’unification des critères et l’instauration d’une grille de notation unifiée pour l’évaluation des dossiers. “A l’issue du débat, Monsieur le Premier ministre a instruit le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en vue d’engager d’ores et déjà le processus de révision de la Loi d’orientation sur l’enseignement supérieur de 1999 à l’effet de permettre l’amélioration de la qualité de l’enseignement universitaire en agissant simultanément sur les leviers organisationnels, statutaires, pédagogiques et de gestion des moyens”, souligne la même source.

Le gouvernement, indique la même source, a entendu un exposé présenté par la ministre de la Formation et de l’Enseignement Professionnels relatif au projet de décret exécutif portant création du centre national des examens et concours de la formation et de l’enseignement professionnels et fixant ses missions, son organisation et son fonctionnement. “Ce projet de Décret exécutif s’inscrit dans le sillage du développement qu’a connu le secteur sur le plan de l’élargissement du réseau d’établissements de formation, la diversification des branches et des spécialités enseignées. La mission de préparation, d’organisation et de déroulement des examens et concours constitue une lourde charge pour les établissements comme centres d’examens et de correction, dont l’organisation nécessite la mobilisation de moyens matériels et humains de l’établissement de formation et de consacrer un temps considérable de leur activités quotidiennes et qui occasionnant de multiples dysfonctionnements”, précise la même source.

Et d’ajouter: “Afin d’éviter toutes ces difficultés et dans le but d’uniformiser leurs contenus et d’assurer le principe d’égalité des chances entre les candidats, il est devenu nécessaire de créer un organe qui aura pour missions l’organisation et le suivi du déroulement des examens et concours“. Le gouvernement a entendu une communication présentée par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale sur les modalités de mise en œuvre des décisions du Conseil interministériel du 05 décembre 2020 portant sur l’amélioration du remboursement des actes médicaux relatifs au diagnostic de la maladie du Covid-19.

La communication a porté sur les mesures opératoires de prise en charge de la question de l’amélioration du remboursement des actes médicaux relatifs aux diagnostics de la maladie du Covid-19, à travers une convention qui sera signée entre les Caisses de Sécurité Sociale (CNAS et CASNOS) et le Trésor Public. Pour rappel, il avait été décidé, à l’occasion du Conseil interministériel tenu le 29 novembre 2020, d’assurer un remboursement, dans un premier temps pour une durée de 06 mois dès le 1er janvier 2021, au profit des assurés sociaux et leurs ayants droits, des prestations médicales liées au diagnostic de la Covid-19, à hauteur de: – 5.000 D.A au titre des frais engagés pour l’examen du scanner thoracique, – 3.500 D.A au titre des frais engagés pour le test RT-PCR, – 1.500 D.A au titre des frais engagés pour le test rapide antigénique,

A l’issue de la présentation sur ce sujet, le Premier ministre, selon le communiqué, a tenu à saluer l’acte citoyen des laboratoires d’analyses et des centres d’imagerie médicale qui se sont organisés pour plafonner les tarifs des prestations fournies dans le cadre du diagnostic de la Covid-19 et contribuer ainsi, de leur côté, aux actions de solidarité nationale. Par ailleurs, le gouvernement a entendu une communication présentée par le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques sur le Plan d’action relatif au développement de l’industrie nationale de la construction et de la réparation navales et des services de maintenance dans les ports de pêche.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR