Connect with us

Société

Reprise de la prière du vendredi après plus de huit mois de suspension

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La prière du vendredi a de nouveau été autorisée ce 06 novembre après plus de huit mois de suspension en raison de la pandémie de coronavirus. Ré-ouvertes depuis la mi-août, les moquées n’autorisaient jusqu’à aujourd’hui que les cinq prières quotidiennes.

En plus de celles autorisées à réouvrir à travers le territoire national, la Grande mosquée d’Alger dont la salle de prière a été inaugurée le 28 octobre par le Premier ministre Abdelaziz Djerad à l’occasion du Mawlid Ennabawi, a accueilli les fidèles aujourd’hui pour la première prière du vendredi.

Un grand nombre de personne s’est déplacé sur le lieu pour l’occasion. Les photos relayées sur les réseaux sociaux ont été massivement dénoncées par les internautes. Elle montrent le non respect des mesures préventives dont la distanciation physique en attendant l’ouverture des portes.

À l’intérieur, un protocole sanitaire a été imposé aux fidèles. En effet, à l’image des autres mosquées les prières devaient se faire en respectant la distanciation physique, l’utilisation du tapis personnel, le port du masque en plus de la désinfection des mains à l’entrée. Le prêche devant également durer 15 minutes.

Important dispositif policier à Alger

Un important dispositif policier a été déployé sur plusieurs quartiers de la capitale en prévision de la prière du vendredi. Sur Alger centre notamment à Didouche Mourad, les fourgons policiers étaient stationnés tout au long de la rue. La police voulant empêcher tout regroupement après la prière.

Cependant, aucune tentative de marche ou de regroupement n’a été signalée à Alger centre. Selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD) une seule arrestation a eu lieu. Il s’agit du militant Slimane Hamitouche arrêté devant la mosquée Errahma. Les raisons de son interpellation n’ont toutefois pas été évoquées.





















Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR