Connect with us

Politique

Répression des marches du Hirak: le FFS appelle à un dialogue global

Published

on

© B.Z. | Répression de la 115e marche du Hirak à Alger
© B.Z. | Répression de la 115e marche du Hirak à Alger

Le parti du Front des Forces Socialistes (FFS) a exprimé, vendredi 14 mai, “son dépit suite au recours du pouvoir à la répression” et “le choix de la gestion sécuritaire pour affronter les revendications populaires” et a appelé à un dialogue “national et inclusif” précédé “par des mesures d’apaisement concrètes”.

“Le Front des Forces Socialistes dénonce la vaste opération d’arrestations qui a ciblé de nombreux militants et activistes politiques, dont des militants du FFS, en plus des journalistes, et ce, à l’occasion des manifestations qui se sont déroulées ce vendredi 14 Mai à travers les différentes régions du pays”, a indiqué le parti dans un communiqué diffusé vendredi après-midi sur Facebook

Pour le FFS, “continuer à donner la priorité au traitement sécuritaire à la crise nationale et l’escalade, participerait à l’exacerbation des tensions et renforcerait les hypothèses de confrontations et alimenterait les voix des extrémismes et de l’intolérance, ce qui d’évidence, n’arrange pas absolument, les exigences de l’État de droit et de justice et consacrera la tyrannie et la vision unilatérale comme unique option pour gérer les affaires de la nation”

Rappelant que le droit de manifester pacifiquement , d’organisation et la liberté d’expression est consacré par la constitution, le FFS a réitéré son appel à “un dialogue national et inclusif qui regroupera toutes les forces vives de la nation, précédé par des mesures d’apaisement concrètes”. “C’est ce qui introduirait à une feuille de route politique qui représenterait une issue raisonnable à la crise politique multiformes dont souffre notre pays”, affirme le parti.

Pour rappel, la marche du 117e vendredi du mouvement populaire qui a coïncidé hier avec le deuxième jour de l’Aid el Fitr a été violemment réprimée et avortée dans plusieurs wilayas. Plus de 1000 arrestations ont été signalées à travers le territoire national dont plus de 500 à Alger seulement, un record depuis le début du mouvement populaire en février 2019.

Continue Reading
Advertisement
Comments