Suivez-nous

Monde

Rencontre au sommet entre le pape François et l’ayatollah Ali Sistani, le plus haut dignitaire chiite d’Irak

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | le pape François et l'ayatollah Ali Sistani

Le pape François, en visite en Irak depuis hier vendredi, a rencontré l’ayatollah Ali Sistani, référence religieuse de la plupart des Chiites d’Irak et du monde. Ce dernier a affirmé ce samedi au pape François que les chrétiens d’Irak devaient «vivre en paix et en sécurité».

Selon l’AFP, le grand dignitaire religieux, l’ayatollah Ali Sistani, a affirmé ce samedi 6 mars au pape François que les chrétiens d’Irak devaient «vivre en paix et en sécurité» et bénéficier de «tous les droits constitutionnels».

Le pape François s’est rendu à la ville sainte du monde Chiite, Nadjaf où il a été accueilli par Sistani en personne. Une première dans l’histoire pour le chef du vatican. Avec cette visite le souverain pontife voulait tendre la main à l’islam chiite mais aussi porter la cause des chrétiens d’Irak -1% de la population dans ce pays musulman – qui se disent régulièrement victimes de discriminations.

Vendredi 5 mars, le pape argentin a rencontré le clergé catholique à son arrivé à Bagdad, la capitale irakienne. Cette rencontre au sommet se veut comme une main tendue à l’islam chiite, deux ans après avoir signé avec le grand imam d’Al-Azhar, institution de l’islam sunnite en Egypte, un «document sur la fraternité humaine».

Rien n’a filtré de cette rencontre à part une photo des deux chefs religieux et un communiqué du bureau de grand ayatollah.

Cette étape ajouté au programme papal a suscité la fierté de nombreux chiites, dans un pays déchiré par les conflit ethniques et la guerre inter-religions, entre les deux branches rivales de l’islam. Le dignitaire chiite Mohammed Ali Bahr al-Ouloum a exprimé sa fierté en déclarant «nous sommes fiers de ce que représente cette visite (…) elle va donner une autre dimension à la ville sainte», rapporte l’AFP.

Après Nadjaf le pape argentin poursuit son périple vers le sud qui le mènera vers Ur, la ville antique, où selon la tradition est né le patriarche Abraham. Là, il priera avec des dignitaires chiites, sunnites, yazidis, zoroastriens, bahaïs et sabéens.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR