Le 5ème congrès a tranché : le RCD ne changera pas de nom

Pas de changement du nom du RCD. Le parti gardera son sigle, au moins, pour les cinq prochaines années. La proposition, faite par la commission des statuts de rebaptiser le parti au nom de « Les Progressistes », n’a pas fait l’unanimité au sein des congressistes et elle a été retirée. Le congrès, dont les travaux se poursuivent | rcd ne changera pas de nom

Crédit photo : DR | RCD : Mohcine Belabbas élu pour un deuxième mandat

Pas de changement du nom du RCD. Le parti gardera son sigle, au moins, pour les cinq prochaines années. La proposition, faite par la commission des statuts de rebaptiser le parti au nom de « Les Progressistes », n’a pas fait l’unanimité au sein des congressistes et elle a été retirée. Le congrès, dont les travaux se poursuivent, depuis ce matin à Alger, a préféré préserver le nom actuel. Pour rappelle, les rédacteurs de ce projet voulaient rebaptiser le parti en introduisant plusieurs amendements dans ce sens. Mais ils ont buté sur une forte opposition des congressistes.

Nouvelle naissance

En effet, la proposition a suscité une vive polémique, durant la journée d’hier, obligeant le président du congrès, Atmane Mazouz à renvoyer la question pour la séance de ce matin. Et finalement, ce sont les nostalgiques du sigle « RCD », créé il y a 27 ans, qui l’ont emporté. Ce projet, rappelons-le, propose plusieurs articles portant sur le changement d’appellation des instances internes au parti, tel que « les femmes progressistes », « les jeunes progressistes », « les élus progressistes », « les parlementaires progressistes », « les émigrés progressistes », « l’Institut des progressistes ». Selon des sources proches du parti, la proposition a été retirée pour qu’elle soit proposée à un large débat au niveau de la base. Mais, il semblerait, que la direction du RCD souhaite vraiment redonner une nouvelle naissance au parti avec cette nouvelle appellation, en prenant pour exemple ce qui se passe en France avec notamment l’enterrement du sigle UMP et son replacement par « Les républicains ».

Instance suprême

Le retrait définitif du fondateur du parti, Saïd Sadi, a certainement encouragé la direction du parti à mettre du côté « son legs » afin de le protéger et permettre, au même temps, au parti de prendre « un nouveau départ ». Celui-ci est possible avec d’un nouveau cap qui dépassera la lutte pour la culture berbère, après la concrétisation d’une grande partie des revendications identitaires. Le 5ème congrès du RCD prendra fin, cet après-midi, avec l’élection des membres du conseil national qui est l’instance suprême du parti entre deux congrès. Ensuite, le nouveau président élu procédera à la nomination des membres de son secrétariat.

Mégabannière (728x90)