Connect with us

Politique

Ramtane Lamamra réaffirme les positions de l’Algérie à l’ONU

Published

on

Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Communauté Nationale à l’Etranger, Ramtane Lamamra, a prononcé un discours, ce lundi 27 septembre, lors du débat Général de la 76eme Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York, dans lequel il réaffirme les positions de l’Algérie par rapport à plusieurs conflits.

Le diplomate a d’abord évoqué le conflit israélo-palestinien exprimant la « profonde préoccupation » du pays face à « l’absence de perspectives d’une solution juste et définitive de la question palestinienne » tout en condamnant « la persistance des pratiques répressives de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien et son déni total du processus de paix et des résolutions pertinentes des Nations Unies et de la légalité internationale ».

À travers son discours, Ramtane Lamamra a renouvellé l’appel de l’Algérie à la Communauté internationale et plus particulièrement au Conseil de Sécurité afin d’ »assumer ses responsabilités historiques et légales et contraindre la puissance occupante à mettre fin à son occupation des territoires palestiniens et permettre au peuple palestinien d’établir un Etat indépendant avec Al Qods Echarif comme capitale ».

Il a par la suite réitéré l’engagement de l’Algérie « en faveur de l’initiative de paix arabe visant à consacrer la solution des deux États et à libérer tous les territoires arabes occupés, y compris le Golan syrien« .

Ramtane Lamamra n’a pas manqué l’occasion de réaffirmer le soutien du pays au « droit du peuple sahraoui à l’autodétermination » appelant l’ONU à « assumer ses responsabilités juridiques envers le peuple sahraoui et à garantir ses droits inaliénables« .

« L’organisation d’un référendum libre et équitable pour permettre à ce vaillant peuple de déterminer son destin et décider son avenir politique, ne peut demeurer à jamais l’otage de l’intransigeance d’un État occupant qui a failli à plusieurs reprises à ses obligations internationales, en particulier celles découlant du Plan de règlement élaboré par l’Organisation des Nations Unies en partenariat avec l’Organisation de l’unité africaine de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale« , a déclaré Ramtane Lamamra au sujet du Sahara Occidental.

Il a en sus rappelé que l’Algérie appuie la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine qui vise à « lancer des négociations directes entre le Royaume du Maroc et la République arabe sahraouie démocratique ».

Quant à la situation en Libye, le chef de la diplomatie algérienne a exprimé son soutien aux libyens dans leur expérience en matière de réconciliation nationale affirmant que les efforts de l’Algérie pour le règlement du conflit libyen s’est matérialisée « en apportant son soutien au processus de dialogue national entre les frères libyens, sous les auspices de l’ONU, en redynamisant le mécanisme des pays voisins libyens, dont la dernière réunion ministérielle s’est tenue à Alger avec pour objectif de contribuer à la stabilité souhaitée dans ce pays, à travers le processus de paix et la tenue des élections générales, conformément à la feuille de route émanant du processus de dialogue politique libyen ».

Au sujet de la situation au Mali, Ramtane Lamamra a assuré que l’Algérie est « déterminée » à poursuivre son rôle à la tête du Comité de l’Accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger, ajoutant que le pays « se félicite des progrès enregistrées dans ce cadre en dépit des grands défis et difficultés engendrés par l’expansion de la présence terroriste qui menace la sécurité et la stabilité de ce pays et de toute la région du Sahel« . 

Le diplomate a déclaré qu’Alger attend avec « intérêt » la tenue des élections présidentielles et la réalisation des objectifs de la période de transition au Mali. Il a également appelé la communauté internationale à « apporter son soutien aux maliens et contribuer au succès de ce processus notamment en honorant ses engagements pris en matière de développement économique et social« .

Par ailleurs, Lamamra a estimé que la situation dans ces deux pays, en l’occurrence la Lybie et le Mali, « affecte directement la situation d’instabilité que connait la région Sahélo-Saharienne en raison de l’aggravation de la menace terroriste et des autres menaces connexes ».

Le Ministre des Affaires Étrangères a précisé que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, « en sa qualité de coordonnateur de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique, a présenté des propositions pratiques à la Présidence de l’Union Africain visant à redynamiser les institutions et renforcer les mécanismes de l’Union africaine de lutte contre ce phénomène transfrontalier et dangereux ».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR