Ramtane Lamamra: le nouveau gouvernement doit répondre aux aspiration du peuple

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a été nommé ministre d'Etat, conseiller diplomatique du président de la République, a indiqué jeudi un communiqué de la Présidence de la République.

Crédit photo: DR | Ramtane Lamamra, ancien ministre des affaires étrangères

Le nouveau Vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères Ramtane Lamamra, a déclaré lors de son passage sur les ondes de la chaîne 3, ce mercredi 13 mars, que les récentes décisions «historiques» du Président Bouteflika étaient une réponse aux «aspirations du peuple algérien» .

 

Interrogé sur la prochaine conférence nationale,  M. Lamamra  a expliqué que cette dernière devait intervenir avant l’élection présidentielle qui donnera lieu, selon lui, « à un consensus entre les Algériens, et permettra d’instaurer un nouveau système politique». 

Interpellé sur le report de l’élection présidentielle, le vice premier ministre a précisé que « Les appels de ceux qui ont participé aux mouvement de protestation populaires ont été entendus. Le président a décidé de ne pas organiser d’élection le 18 avril en réponse à une demande pressante de larges franges de la population ». Lamamra a tenté tout de même tirer prétexte de récentes décisions de Bouteflika pour évoquer la tenue d’une prochaine conférence nationale indépendante qui permettra aux Algériens de discuter. « Nous insistons sur le dialogue pour pouvoir écouter les aspirations du peuple algérien », dit-il.

le gouvernement doit répondre aux aspirations du peuple

S’agissant du nouveau gouvernement, Lamamra indique qu’il n’est pas « un gouvernement de gestion des affaires courantes », mais un gouvernement de plein exercice qui veille à ce que toutes les institutions du pays continuent à fonctionner normalement, y compris l’institution présidentielle, d’autant plus que l’Algérie a des partenaires internationaux« .

« Le gouvernement qui sera formé prochainement doit prendre des décisions importantes, qui répondront aux aspirations des Algériens« , a-t-il souligné en ajoutant que la composante humaine de ce gouvernement, sera soumise à une « consultations préalables ».  « il y aura de « nouveaux visages, des jeunes, des femmes ainsi que des représentants de la société civile », lâche-t-il.

l’opposition est invité à intégrer le gouvernement

Ramtane Lamamra a assuré que le nouveau gouvernement ne sera pas l’organisateur mais un «facilitateur». Selon lui la conférence nationale inclusive ressemble à l’assemblée constituante. « Je suis tenté de vous dire que c’est la réponse du président Bouteflika à ceux qui appelaient à une assemblée constituante. Il existe, cependant, une différence entre les deux. Une assemblée constituante est composée de délégués élus pour un mandat limité. Mais pour la conférence nationale, il n’y a pas d’élection des participants » explique-t-il.

Pour ce qui de la participation de l’opposition dans ce nouveau gouvernement, Le vice premier ministre a souligné que les éléments de l’opposition sont vivement conviés à intégrer le gouvernement. Il précise, par ailleurs, qu’il n’y a pas «de tractations pour le moment » mais que l’appel s’adresse à tous ceux qui souhaitent participer au gouvernement », développe-t-il

La stabilité prime sur la constitution

évoquant la violation de la constitution, le vice premier ministre n’a pas nié l’existence de cette dernière, mais l’a tacitement justifié par «un cas de force majeure», citant son expérience de diplomate dans le règlement des crises. L’intervenant a évoqué, dans la foulée, le retrait de l’ancien président Liamine Zeroual du gouvernement, «qui ne reposait, selon lui, « sur aucune base constitutionnelle mais la stabilité du pays passe avant tout ».