Suivez-nous

En continu

Qui cherche à allumer la mèche à Alger?

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Au 8e vendredi de manifestations consécutives, la mobilisation dans toutes les villes du pays était comme chaque semaine au rendez-vous. Le nombre de manifestants enregistrés aujourd’hui battra certainement tous les records des vendredis derniers. Mais, à la fin des manifestations à Alger, un groupe de “délinquants” a tenté de casser le caractère pacifique. Ils ont ont réussi en fin de journée à verser dans la violence malgré les efforts de plusieurs manifestants qui ont essayé de calmer les esprits.

 

Pour la seconde fois, des manifestants venus de plusieurs wilayas du pays ont passé la nuit devant la grande poste pour éviter les blocages de circulation prévus par la gendarmerie nationale sur les tous les axes routiers menant à la capitale. Dès 11H en matinée et malgré les routes fermées, des dizaines de milliers de manifestants sillonnaient les rues de la capitale. La différence avec les jours de manifestations précédents était remarquable.

Tous les moyens sont bons pour faire passer le message du “rejet” du  système en place. Des pancartes, des scènes artistiques et même des personnages à l’effigie des hommes politiques, tels Bedoui et Bensalah, ont été fabriqués pour produire des scènes humoristiques.

Crédit photo: Interlignes MEDIA | Un manifestant avec les couleurs du drapeau national met en scène une pendaison

Vers 14 heures, le centre de la capitale est plein de manifestants. Il est même difficile de se déplacer. Mais quelques minutes après 14H, un énorme dispositif policier descend de la rue Didouche Mourad pour tenter de libérer la place Maurice Audin déjà pleine à craquer. Le dispositif composé de camions pleins de policiers en casques bleus, des camions à canon à eau et un “chasse neige”, tente de forcer l’attroupement des manifestants et de se frayer un passage, en lançant de l’eau. En toute réponse,  les manifestants s’assoient faisant face à ce dispositif et refusent de bouger en chantant “Khawa Khawa” et “Silmiya Silmiya”.

N’ayant pas le choix, le dispositif descend par la rue Mustapha Feroukhi et laisse la manifestation se dérouler dans le calme. À la place Maurice Audin, un groupe de “manifestants” insiste et veut à tout prix forcer le dispositif déployé au début du boulevard Mohamed 5. Vers 16H, les policiers qui composent ce cordon sont obligés de lancer des gaz Lacrymogènes afin de repousser ce groupe qui tente durant toute la manifestation de forcer ce le passage.

Crédit photo: Interlignes MEDIA | Manifestation 12 avril 2019 à Alger

C’est à ce moment précis que la situation dégénère et qu’une partie de la manifestation se transforme en émeute, menée par ce groupes de “délinquants” qui sortent aussitôt des coteaux, cassent des voitures et pillent tout ce qui se trouve devant eux. Notre journaliste, sur place, a été victime d’une agression commise sur sa personne par un groupe de “délinquants” qui ont tenté de lui voler son appareil photo. Il a fallu l’intervention de policiers pour l’extraire des mains de ce groupe qui était déterminé à lui prendre son appareil photo sous prétexte qu’il aurait filmé les manifestants qui jetaient des pierres.

Pendant ce temps, les manifestants continuent leur protestation à la rue Didouche Mourad dans le calme. Couverts de drapeaux, des pancartes à la main les manifestants continuent à chanter et à revendiquer le départ de tout le système politique.

La violence atteint très rapidement la grande poste et l’avenue Pasteur. Les URS appuyées par l’unité du Groupement des opérations spéciales de la police (GOSP) et la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) chassent ces délinquants qui refusent de se calmer malgré les tentatives de plusieurs dizaines de manifestants qui ont appelé ces derniers au calme.

Crédit photo: Interlignes MEDIA | Manifestation 12 avril 2019 à Alger

Selon des sources sécuritaires, plusieurs agressions au coteau ont été enregistrées dans le centre. Le communiqué de la DGSN évoque “83 policiers blessés et 180 arrestations”. Selon des sources médicales, des centaines de “délinquants” ont aussi été blessés et ont bénéficié de soins à l’hôpital Mustapha Pacha. Plusieurs délinquants ont été aussi tabassés d’une marnière brutale par les agents de la police dès leur arrestation.

Ces délinquants ont réussi à passer à l’action et tentent chaque vendredi de nuire au caractère pacifique de la manifestation, qui se déroule dans le calme sans leurs tentatives de forcer les cordons sécuritaires. La Direction Générale de la Sureté nationale a annoncé dans un communiqué rendu public au mois de Mars qu’elle procéderait à des interrogatoires approfondis sur les délinquants arrêtés lors des émeutes qui ont eu devant l’hôtel El Djazair (Ex Salnt George). Mais plus d’un mois après, aucune information n’a filtré à ce sujet.

Crédit photo: Interlignes MEDIA | Manifestation 12 avril 2019 à Alger

Plusieurs manifestants rencontrés aujourd’hui 12 avril à Alger, évoquent “des tentatives de nuisance au mouvement pacifique” et  assurent que “des individus seraient derrière ces délinquants qui tentent, de vendredi en vendredi, de nuire à la manifestation. Il est urgent aujourd’hui, que le parquet d’Alger ouvre une enquête pour connaitre les motivations de ces gens qui, très souvent, “sont sous l’emprise des psychotropes”.

Malgré cette violence d’une partie de la manifestation d’Alger, qui en gros s’est déroulée dans le calme, la réponse du peuple au pouvoir en place, qui tente de faire un forcing en imposant une élection présidentielle par le même système de Bouteflika, est très claire et les millions d’Algériens sortis dans les rues, refusent que ce régime dirige l’élection présidentielle et demandent un changement radical.

Le pouvoir est dans l’obligation de faire des concessions et ne devra pas insister sur l’application de sa feuille de route afin d’éviter des dérapages dans le futur, car ce bras de fer entre les décideurs et le peuple est loin de voir son issue.

Malgré une journée de mobilisation sous tension, la journée s’achève sur une belle note d’espoir, au vu des manifestants revenus sur les lieux des heurts pour nettoyer les rues de la capitale, comme chaque vendredi.

Crédit photo: Interlignes MEDIA | Manifestation 12 avril 2019 à Alger

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR