Suivez-nous

En continu

Qualifiant de “traitres” ceux qui s’opposent à sa démarche : Gaïd Salah menace…

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Ahmed Gaid Salah, vice ministre de la défense.

Le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah passe désormais aux menaces contre tous ceux qui s’opposent à sa feuille de route et ceux qui scandent des slogans hostiles à sa personne. Pour la première fois, depuis le début de la crise politique actuelle, le premier responsable de l’armée prononce un discours virulent et laisse entendre qu’il y aura de nouvelles arrestations d’opposants à la démarche du pouvoir en place.

 

En effet, une semaine après le discours du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, appelant à un dialogue national, le chef d’état-major risque de torpiller cette démarche avec le contenu de son discours d’aujourd’hui.

Un discours dans lequel il lance des « mise en garde » et des « avertissements” à tous les opposants à la démarche tendant à organiser une présidentielle dans les meilleurs délais, mais aussi au mouvement populaire qui demande aussi son départ.

Tout en qualifiant l’approche prônée par Abdelkader Bensalah de « raisonnable et sensée », le chef de l’ANP estime que la présidentielle projetée “est réellement la clé pour accéder à l’édification d’un Etat fort avec des fondements sains et solides”.

Agacement

En faisant cette introduction, Ahmed Gaïd Salah ne cache pas son agacement d’entendre des millions d’Algériens s’opposer à l’instauration d’un Etat militaire dans le pays. Le slogan de « Daoula madania, machi 3askaria (Pour un Etat civil et non pas militaire) » ne lui plait pas visiblement.

 Pour lui, « ces slogans mensongers hostiles, aux intentions et objectifs démasqués », sont « des idées empoisonnées qui leur (manifestants) ont été dictées par des cercles hostiles à l’Algérie et à ses institutions constitutionnelles ».

« Des cercles qui vouent une haine inavouée envers l’Armée nationale populaire et envers son commandement national qui a prouvé par la parole puis par les actes qu’il demeure au service de la ligne de conduite nationale du peuple algérien et qu’il nourrit un dévouement inébranlable au serment qu’il a fait devant Allah, le peuple et l’Histoire », estime-t-il.

Après avoir tenté de jouer la carte de la division du mouvement par le biais de l’emblème Amazigh, Ahmed Gaïd Salah sort aussi la carte des slogans et utilise de nouvelles accusations contre ceux qui s’opposent à sa feuille de route : « supplétifs et inféodés de la bande » et « traîtres ».

Lakhdar Bouregaâ

Certainement très gêné par le large soutien dont a bénéficié le moudjahid, Lakhdar Bouregaâ, incarcéré pour avoir exprimé un avis, le chef d’état-major de l’ANP tente, une nouvelle fois, de remettre en cause sa probité. Mais sans le citer. « L’histoire nationale de l’Algérie est une histoire glorieuse et éternelle qui valorise le combat et l’élève aux rangs prestigieux qu’il mérite. Elle considère le vrai moudjahid comme un grain de bien et non pas un germe de mal, un outil pour construire et non pas pour démolir. Aussi quiconque se dissocie de ces véritables vertus de combat, se place systématiquement dans la case des corrupteurs, avec tout ce que cela implique », dit-il.

Le premier responsable de l’armée va encore plus loin en proférant des menaces contre tous ceux qui s’opposent à la feuille de route du pouvoir. « Il est grandement temps d’avoir une vision rigoureuse fondée sur la protection de l’intérêt suprême de l’Algérie, quant à la prise de toutes les dispositions réglementaires envers les agissements de ces traîtres contre l’avenir du peuple et le destin de la patrie », lance-t-il.

Qualifiant de « traîtres » ceux qui ne soutiennent pas sa démarche, Ahmed Gaïd Salah scelle déjà leur sort. « Il est certain que c’est l’appareil de la justice qui statuera sur ce qui adviendra de ces traîtres et prendra toutes les dispositions équitables, mais dissuasives et rigoureuses au demeurant. Aussi, quiconque a l’audace d’attenter à l’Algérie, à l’avenir de son peuple et à la pérennité de son Etat, ne pourra échapper à la sanction et la justice s’occupera de lui tôt ou tard. C’est là le dernier avertissement à l’égard de tous ceux qui marchandent avec l’avenir de la patrie et de son intérêt suprême », ajoute-t-il, en déniant la nationalité algérienne aux manifestants qui ont brandi l’emblème Amazigh.

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Lire la suite

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Publié

le

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

“Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement”, a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Lire la suite

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Publié

le

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Lire la suite

Tendances