Suivez-nous

Politique

PT : Aucune solution envisageable sans la libération immédiate et inconditionnelle des détenus d’opinion

Le parti des Travailleurs (PT) estime que la présidentielle de jeudi dernier, remportée par l’ancien premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, « ne peut régler les questions fondamentales posées par les millions d’algériennes et d’Algériens depuis maintenant dix mois ».

Achour Nait Tahar

Publié

le

©DR|Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT)

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, le parti de Louisa Hanoune souligne que « le peuple algérien ne s’est pas trompé lorsqu’il est descendu par millions dans tout le pays, au lendemain même du scrutin en apportant sa réponse de rejet des élections, des solutions de replâtrage du régime et en réaffirmant sa principale revendication de départ du régime, de ses symboles, de ses institutions, de ses pratiques ».

Le PT s’aligne ainsi sur les positions proclamées par les manifestants qui se mobilisent, depuis près de 11 mois, et qui réclament tout simplement le départ de tous les symboles du système afin de bâtir une république nouvelle. « Le PT considère qu’aucune solution n’est envisageable sans la libération immédiatement et inconditionnellement de Lakhdar Bouregaâ, de Louisa Hanoune, de Karim Tabbou et de tous les détenu(e)s d’opinion », lit-on dans ce document.

Le parti des travailleurs, condamne, dans la foulée, « la répression qui s’est abattue sur les manifestants dans plusieurs régions du pays, particulièrement à Oran et dans plusieurs wilayas limitrophes lors des manifestations du 43ème vendredi de la révolution ».

Politique

La wilaya d’Alger refuse d’autoriser la tenue des assises nationales du PAD

Avatar

Publié

le

La wilaya d’Alger a refusé de délivrer l’autorisation pour l’organisation, samedi 25 janvier, des assises nationales pour l’alternative démocratique initiée par le PAD prévue dans moins de 24 heures, à la Safex d’Alger.

Constatant que la demande d’autorisation formulée dans les délais n’a toujours pas reçu une réponse des services de la wilaya d’Alger, le PAD a rendu un communiqué dans lequel il affirment clairement le refus des autorités pour l’organisation des assises.

“A 24h de la tenue des assises nationales pour l’alternative démocratique et la souveraineté populaire, les autorités de fait viennent de signifier tacitement le refus de l’organisation de ces assises malgré l’accord écrit de l’administration de la SAFEX délivré à l’UCP (Union pour le Changement et le Progrès)”,indique le communiqué du PAD qui regroupe, outre le RCD, le PT, le PST, le FFS, le MDS, l’UCP et la LADDH.

Tout en “dénonçant et condamnant énergiquement ce refus supplémentaire”, en prenant à témoin l’opinion publique nationale quant aux « atteintes répétées » aux libertés, les forces du PAD soulignent qu’« aujourd’hui les professions de foi du pouvoir se heurtent à la réalité de son autoritarisme”.

Le PAD estime que “Comme par le passé les autorités de fait continuent d’user du « double langage » : un discours officiel teinté « d’ouverture et d’apaisement » qui contraste avec les faits sur le terrain marqué par le dispositif répressif toujours en place et par la fermeture hermétique du champ politique et médiatique”.

Le PAD exige la « levée immédiate » de toutes les entraves à l’exercice politique pacifique et que « cessent immédiatement » les atteintes aux libertés démocratiques.

Faute d’autorisation, ces assises auront lieu au siège du RCD à El Biar.

Lire la suite

Politique

Autorisation des assises du PAD : Le silence intrigant de l’administration

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Ayant miroité depuis son investiture à la tête de l’Etat sa volonté de respecter toutes les libertés, Abdelmadjid Tebboune et son pouvoir est en passe d’enregistrer sa première entrave à la liberté de réunion. Son administration, fonctionnant visiblement selon les mêmes pratiques, refuse toujours d’autoriser la tenue des assises de l’alternative démocratique, prévu dans moins de 24 heures, à la Safex d’Alger.

Jusqu’à ce matin, la demande d’autorisation formulée dans les délais n’a toujours pas reçu une réponse des services de la wilaya d’Alger qui observent un silence intrigant. « A moins de 24 h de la tenue des assises nationales pour la transition démocratique prévues pour demain 25 janvier, les services de la wilaya d’Alger n’ont toujours pas répondu à la demande d’autorisation », souligne Mohamed Khendak, membre du secrétariat national du RCD sur sa page Facebook. Il rappelle, dans ce sens, « qu’à l’époque de Bouteflika et de son clan, le pouvoir constant dans sa démarche avait le courage de répondre 48h avant par la négative. Ce qu’on pourrait appeler, assumer ses dérives et ses responsabilités ».

« Aujourd’hui ce même régime avec changement de personnes assume une politique sournoise du mépris. Mon écrit s’adresse surtout aux démocrates de la 25ème heure qui ont trouvé chez les nouveaux tenants du pouvoir ouverture et compréhension. Ils s’évertuent aussi à nous donner des leçons de morale comme si nous refusons que notre pays retrouve stabilité et quiétude. Nous avons l’habitude de nous adapter à ces refus. Nos assises nationales se tiendront. Nous laissons ces donneurs de leçons à leur conscience », indique-t-il.

Jeudi soir, Atmane Mazouz, chargé de communication du RCD, avait indiqué que « le représentant du PAD vient de sortir du siège de la wilaya d’Alger (jeudi soir) où il est allé s’enquérir de la suite qui est donnée à la demande d’autorisation pour la tenue des assises de l’alternative démocratique qui se tiendront samedi le 25. Le responsable de la DRAG lui a signifié qu’il attend toujours les instructions d’en haut et qu’il le contacterait par téléphone dès qu’il sera instruit de la suite à donner ». « La démocratie made in Teboune en marche », dénonce-t-il.

Contacté, Nabil Aït Ahmed, chargé de communication du FFS, confirme aussi que jusqu’à ce matin aucune réponse n’a été donné par les services de la wilaya d’Alger. « Nous allons certainement tenir la rencontre au siège du RCD », dit-il.

Lire la suite

Politique

DIRECT l 49e vendredi : malgré l’entêtement du pouvoir, le Hirak maintient la pression

Avatar

Publié

le

Pour la 49e semaine d’affilée, des milliers de personnes battront le pavé dans les rues d’Alger et d’autres villes du pays pour réclamer un “changement de régime”, au moment le pouvoir s’obstine à maintenir son schéma politique quand bien même gorgé de supposés changements. Les manifestants ont signifié, lors des marches précédentes, la poursuite de la mobilisation populaire tant que les revendications qu’ils portent depuis le 22 février n’ont pas été, jusqu’à ce jour, concrétisées.

17H30

Tlemcen les manifestants continuent la marche dans une bonne ambiance.

17HOO

Biskra les manifestants scandent des slogans contre le chef d’état major, Said Chengriha.

16H25

Alger. La rue Asselah Hocine est noire de monde en ce 49e vendredi du Hirak.

© El Khabar

16H10

Les militants du RCD ont été violemment réprimés par la police qui a usé du gaz lacrymogène pour les disperser. Selon une source du RCD, deux militants du parti ont été interpellés à la Place Audin parmi eux, Lyes Lahouazi.

15H45

Alger. Les manifestants signifie on ne peut plus clair leur refus de l’exploitation du Gaz de Schistes comme annoncé par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune lors de sa rencontre avec les directeurs et responsables des médias publics et privés.

© INTERLIGNES

15H25

Alger, quatre manifestants interpellés à la Rue Asselah Hocine (source: Bouzid Ichalelene)

15H10

Guelma la mobilisation a été encore une fois au rendez vous, des citoyens ont battu le pavé pour ce 49e vendredi du Hirak. ils ont arboré des pancartes, des drapeaux scandant les slogans du mouvement entre autres les algériens “khawa khawa wa echaab mewahed ya el khawana”

15H00

Forte mobilisation à Annaba. Les manifestants critiquent violemment la presse et les magistrats les accusant sans feinte de trahir le Hirak. Les marcheurs chargent également Abdelmadjid Tebboune en scandant “Tebboune illégitime! c’est les généraux qui t’ont élu”

14H45

Alger. “Yel 3issaba, sahra machi lel bi3” (ô Issaba, le Sahara n’est pas à vendre), scandent les manifestants à Alger en réponse à la dernière déclaration de Tebboune qui s’est dit “favorable” pour l’exploitation du gaz de Schiste.

14H40

Alger. Les manifestant réclament une période transition.

14H33

Forte mobilisation à Mostaganem. Les manifestants tirent à boulets rouges sur Tebboune.

14H25

A Alger, les milliers de manifestants mobilisés pour ce 49e vendredi réclament la libération de tous les détenus du Hirak parmi eux le militant politique Karim Tabbou. “Libérez les détenus, ils n’ont pas vendu la cocaïne”, scandent-il.

14H21

Début de manifestation à Jijel. “Tebboune illégitime! c’est au peuple de décider! Etat civil”, scandent les hirakistes

14H19

A Sétif, les milliers de manifestants réclament un “Etat civil et non militaire” et jurent de poursuivre la mobilisation populaire.

14H15

Début de la manifestation à Oran. Les hirakistes chargent d’emblée le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune.

14H05

La mobilisation ne fléchit pas à Tizi Ouzou. Des milliers de manifestants marchent dans les rues de la ville pour ce 49e vendredi exigeant le départ du régime politique en place.

14H00

Début de la marche de ce 49e vendredi à Bouira.

13H50

Alger. Deux manifestants sont interpellés parmi eux l’ex détenu Nabil Alouane (source Bouzid Ichalalene)

13H46

Début de la manifestation à Alger. Les marcheurs scandent des slogans hostiles au pouvoir.

13H23

Les militants du RCD maintiennent leur rassemblement devant le siège du parti encerclé par un important dispositif policier.

13H10

Alger. Les premiers manifestants se rassemblent devant le siège du RCD. La police cantonne les manifestants sur les trottoirs. Aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment.

12H35

Les premiers manifestants se rassemblent devant le siège du RCD scandant “Etat civil et non militaire”

12H30

Béjaia. Les manifestants se préparent pour la marche de ce 49e vendredi. Les protestataires réclament d’emblée la libération des détenus scandant à gorges déployées “Libérez les otages”

11H15

Alger : La mosquée Errahma encerclée par un impressionnant dispositif sécuritaire

10H40

Les forces de l’ordre empêchent un rassemblement à l’entrée du bureau régional du RCD.

10H30

La police fortement déployée dans la Capitale à l’occasion de ce 49e vendredi de mobilisation populaire.

© DR

10h15

Le pouvoir tente comme à son habitude à fermer les accès à la Capitale. Pour ce 49e vendredi un barrage de la gendarmerie a été installé à la sortie de Rouiba.

Lire la suite

Tendances