Connect with us

Politique

Procès en appel de Khaled Drareni : “une opportunité pour les autorités algériennes de cesser leur fuite en avant”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

L’organisation non gouvernementale Reporters Sans Frontières (RSF) a appelé les autorités algériennes à saisir l’opportunité représentée dans le procès en appel du journaliste Khaled Drareni, prévu pour le 08 septembre à la Cour d’Alger, afin de “cesser leur fuite en avant” et “revenir à la vérité des faits et au respect du droit, de la Constitution et des engagements internationaux du pays”.

Le procès en appel de Khaled Drareni sera une opportunité pour les autorités algériennes de cesser leur fuite en avant en matière de répression de la liberté de la presse“, déclare le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. “Ce sera l’occasion pour la justice algérienne de revenir à la vérité des faits et au respect du droit, de la Constitution et des engagements internationaux du pays”, ajoute-il.

Pour RSF, l’audience du procès en appel “va se dérouler dans un contexte de plus en plus détérioré pour  la liberté de la presse en Algérie”.

“Depuis la condamnation de Khaled Drareni, plusieurs décisions ont confirmé le durcissement du pouvoir algérien envers les journalistes et médias indépendants” poursuit l’ONG avant d’évoquer la condamnation du journaliste et militant Abdelkrim Zeghileche à deux ans de prison ferme. Elle mentionne également le cas du journaliste Mustapha Bendjama qui fait l’objet de harcèlement judiciaire. “Entre les mois de février 2019 et mars 2020, le journaliste a été interpellé à au moins neuf reprises à Annaba”, rappelle-t-elle.

Revenant sur la condamnation, le 10 août, de son correspondant Khaled Drareni à trois ans de prison ferme et 50,000 DA d’amende, RSF estime que ce verdict “viole de manière évidente la Constitution et marque une infidélité aux idéaux de l’indépendance algérienne, soulève le cœur et l’esprit par son caractère arbitraire, absurde et violent”.

“Il s’agit clairement d’une persécution judiciaire contre un journaliste qui fait preuve d’une remarquable indépendance d’esprit et est l’honneur de son pays. Au-delà, c’est un message d’intimidation inacceptable contre la presse algérienne dans son ensemble. Cette décision qui relève d’une justice aux ordres vient de faire de Khaled Drareni un symbole qui suscite une indignation et une mobilisation mondiales”, fustige RSF.

Dans le même sillage, l’organisation reproche au Président Abdelmadjid Tebboune, élu en décembre 2019, de ne pas avoir tenu sa promesse de répondre aux revendications du mouvement de protestation populaire. “Où est donc passée l’Algérie nouvelle ?”, questionne-t-elle.

“Le pays avait déjà perdu 25 places au Classement mondial de la liberté de la presse depuis 2015, dont cinq de 2019 à 2020. A la 146e place sur 180 pays, le régime s’enfonce encore dans une spirale de la répression”, regrette-elle.

Pour rappel, le journaliste Khaled Drareni a été condamné, le 10 août, à trois ans de prison ferme et 50,000 DA d’amende pour “atteinte à l’unité nationale” et “incitation à attroupement non armé”. Ses co-accusés, qui ont été libérés provisoirement le 02 juillet, ont été condamnés à deux ans de prison dont quatre mois ferme. Ils sont restés en liberté. le procès en appel des trois prévenus a été programmé pour le 08 septembre à la cour d’Alger.

Politique

Le ministre américain de la défense atterrit à Alger

Feriel Bouaziz

Published

on

Mark Esper, ministre américain de la Défense, s’est rendu ce jeudi à Alger où il a été reçu par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, indique un communiqué de la Présidence.

“L’audience s’est déroulée en présence de la délégation accompagnant le secrétaire américain à la Défense et du chargé d’affaires à l’ambassade américaine en Algérie, du côté américain, et du Général de Corps d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP), du directeur de Cabinet à la Présidence de la République, Noureddine Bardad-Daidj, et du Général-major Mohammed Bouzit, Directeur général de la Documentation et de la sécurité extérieure au ministère de la Défense nationale, du côté algérien”, indique un communiqué de la presidence repris par l’APS.

Notons que Mark Esper est le premier ministre américain de la défense à se rendre en Algérie depuis près de quinze ans. La dernière visite date de février 2006 et a été effectuée par son prédécesseur Donald Rumsfeld.

Selon l’AFP, qui a annoncé sa visite le 29 septembre dernier, à travers sa visite mark Esper entend “approfondir la coopération avec l’Algérie sur des questions clés de sécurité régionale, comme la menace posée par les groupes extrémistes”,  comme lui a annoncé un haut responsable militaire américain.

Continue Reading

Politique

Conseil de la nation: adoption de trois projets de loi

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les membres du Conseil de la Nation ont adopté jeudi les projets de loi relatifs à la protection pénale du personnel de la santé, à la lutte contre les bandes de quartiers et au Code de procédure pénale.

En premier lieu, les membres du Conseil de la nation ont adopté le projet de loi relatif à l’ordonnance modifiant et complétant le Code de procédure pénale. Le projet de loi a été présenté par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Après cela, la séance de vote s’est déroulée sans débat.

En vertu de l’ordonnance modifiant et complétant le code de procédure pénale, “un pôle pénal économique et financier sera créé au niveau de la Cour d’Alger, lequel sera spécialisé dans la lutte contre la criminalité économique et financière et dont la compétence s’étend à tout le territoire de la République”, rapporte l’agence de presse APS.

“Concernant la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, le projet de loi prévoit une extension de la compétence territoriale de la cour d’Alger qui se verra confiée une compétence matérielle exclusive concernant les crimes graves, de portée nationale ou internationale”, précise la même source

Cette ordonnance accorde également à une catégorie déterminée de cadres supérieurs de l’Etat, le droit de ne pas faire l’objet de poursuites et d’enquête dans les affaires pour lesquelles ils sont accusés, que devant la Cour suprême.

“Cette ordonnance accorde aux catégories de cadres supérieurs de l’Etat, la possibilité de les poursuivre et de les juger devant des juridictions autres que celles territorialement compétentes, en application des dispositions générales de la juridiction prévues par les articles 37, 40 et 239 de la même Loi”, toujours selon l’APS.

Le vote, s’est aussi déroulé sans débat lors d’une plénière présidée par le président du par intérim du Conseil de la Nation, Salah Goudjil. Etaient présents, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati et de la ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar.

Le texte du projet propose “l’application de peines à l’encontre des éléments de ces bandes allant de 2 à 20 ans, pouvant même atteindre la perpétuité en cas décès”.

Egalement adopté ce jeudi, le vote sur le projet de loi relatif à l’ordonnance modifiant et complétant le code pénal portant protection pénale du personnel de la santé s’est déroulé sans débat. Les responsables suscitées étaient également présents lors de la séance de vote.

L’ordonnance prévoit aussi une condamnation d’une à 3 années pour toute agression verbale, de 3 à 10 ans pour toute agression physique selon la gravité de l’acte et jusqu’à la perpétuité en cas de décès de la personne agressée.

Continue Reading

Politique

Plainte des enfants de Gaid Salah contre El Watan: l’audience du procès reportée au 19 octobre

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

L’audience du procès qui oppose les enfants de feu Ahmed Gaid Salah au quotidien francophone El Watan, devant avoir lieu lundi dernier au tribunal correctionnel de Annaba, a été reportée au 19 octobre à la demande de la défense des deux plaignants, Adel et Boumediène Gaid Salah, rapporte le quotidien.

En effet, une plainte a été déposée par Adel et Boumediène suite à un article publié le 31 août dernier. Le papier intitulé «Les enfants de Gaïd Salah détenteurs de nombreux biens : Les détails d’une fortune à l’ombre du général», mettait en lumière la fortune accumulée par les deux fils sous l’influence de leur défunt père.

Les plaignants ont jugé que l’article en question, était «attentatoire à leur honneur et à leur considération» et à celui de leur défunt père «en sa qualité de chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense nationale avant son décès».

Selon le quotidien, les deux plaignants se sont appuyés sur l’article 296 du code pénal (atteintes portées à l’honneur et à la considération des personnes), et se sont constitués partie civile pour réclamer «réparation».

Le directeur de la publication du quotidien El Watan, Tayeb Belghiche, devra, ainsi, se rendre au tribunal correctionnel de Annaba à la prochaine audience soit le 19 octobre prochain.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR