Suivez-nous

Politique

Problème de liquidités: Le directeur général d’Algérie poste apporte une nouvelle version

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Face au problème de manque de liquidités qui perdure depuis plusieurs semaines dans l’ensemble du territoire national, les citoyens attendent des solutions. Au lieu de ça, les autorités s’accrochent à la théorie du complot, seuls quelques responsables ont admis l’existence du problème à l’image du directeur général d’Algérie Poste qui avance une nouvelle version plus au moins proche de la réalité.

Le directeur général d’Algérie Poste, Abdelkrim Dahmani, a expliqué, ce jeudi, que le manque de liquidités constaté est “principalement” dû au manque de transactions financières au niveau des bureaux de poste, et ce, en raison de la situation sanitaire que traverse le pays.

Dans une déclaration à la radio algérienne, il a rappelé qu’Algérie Poste avait décidé de mettre en place des mesures d’accompagnement dont la suspension des retraits pour les personnes morales. Selon lui, “l’objectif de ces mesures est de réduire la pénurie de liquidités et permettre au plus grand nombre possible de clients d’effectuer des retraits”.

Comparées aux justifications précédentes avancées par d’autres responsables dont le Premier ministre, celle-ci semble être la plus proche de la réalité. En effet les autres n’ont même pas admis qu’il existe réellement un problème de liquidités.

Au début, Abdelaziz Djerad a estimé que la pénurie est due à ““l’indisponibilité d’une partie des personnels féminin ayant la garde d’enfants et également des personnels victimes de contamination au Covid-19”. Il a, ensuite, préféré dénoncer un “complot” visant à créer “des problèmes dans la relation entre le citoyen et les autorités publiques”. Abdelmadjid est même allé à ordonner l’ouverture d’une enquête pour démasquer “ces parties malveillantes”.

La déclaration, mercredi, de la directrice centrale d’Algérie Poste, Imane Toumi a confirmé que les autorités s’accrochent à cette théorie. Selon la responsable, “des parties maléfiques ont incité des citoyens à retirer des sommes importantes ».

Ces déclarations sensées soulager ne font qu’attiser la colère des citoyens déjà irrités par les longues files d’attentes qui caractérisent, depuis, plusieurs semaines déjà, leur quotidien. À la place de ses justifications qu’ils qualifient d’infondées, les citoyens réclament des solutions.

Les files d’attentes sont toujours longues. Des citoyens passent même la nuit devant les bureaux de poste pour être à la tête des queues et avoir leur part des quelques billets disponibles.

Selon le quotidien arabophone El Khabar, un vieil homme de 75 ans qui faisait la queue devant le bureau de poste de Hai El Karaz, dans la ville de Tlemcen, est décédé d’une crise cardiaque.

Parti, présenté ses condoléances à la famille du défunt, le directeur d’Algérie Poste au niveau de la wilaya de Tlemcen a, lui, reconnu l’existence d’une crise.

En plus du déni, seules quelques mesures ont été prises dont la suspension des retraits pour les personnes morales. À cette mesure s’ajoute le lancement récent par Algérie poste du nouveau service d’e-paiement “BARID PAY” qui fonctionne grâce à la technologie de reconnaissance bidimensionnelle appelée (QR CODE).

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR