Connect with us

Politique

Presse : le journaliste Said Boudour relaxé par la justice

Published

on

© INTERLIGNES | Le journaliste Said Boudour

La cour d’Oran a relaxé hier, mardi 9 novembre, le journaliste Said Boudour, avons-nous appris auprès de l’avocat Omar Boussag, membre du collectif de la défense.

Le procès en appe a été reporté à plusieurs reprises avant de s’ouvrir hier à la cour d’Oran. Il intervient après la condamnation prononcée en première instance en mars dernier par le tribunal de Fellaoucen.

Poursuivi pour « diffamation » et « outrage à corps constitué », Said Boudour a été condamné en mars dernier à 2 mois de prison avec sursis en première instance tandis que son co-inculpé, le lanceur d’alerte Noureddine Tounsl, a lui été relaxé après avoir été jugé pour « chantage« .

Il est à noter que le journaliste est impliqué dans une autre affaire depuis avril dernier auprès des activistes Noureddine Bendella et Karim ilyes, Jamila Loukil et Kaddour Chouicha, Tahar Boutache, Yasser Rouibeh et Mustapha Guira. Le journaliste a été placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de ce dossier.

Les accusés dans cette affaire sont poursuivis pour “complot contre la sécurité de l’État pour inciter les citoyens à prendre les armes contre l’autorité de l’État ou à porter atteinte à l’intégrité du territoire national” et “enrôlement dans une organisation terroriste ou subversive active à l’étranger ou en Algérie“, selon leurs avocats.

D’après la même source, les activistes sont également poursuivis pour des inculpations correctionnelles “qui diffèrent d’un prévenu à l’autre”, dont “publications d’information pouvant porter atteinte à l’intérêt national”.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR