5e mandat Présidentielle de 2019 : Ould Abbas s’est-il fait réprimander ?

Crédit Photo: DR | Djamel Ould Abbes, actuel président du parti FLN.

Pavé (300x250)

Grand Angle (300x600)

Banner Expand (300x250 à 600x250)

Banner Expand (300x600 à 600x600)

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas ne sait pas visiblement où donner de la tête. Il n’éprouve aucune gêne à se contredire même sur des questions qu’il considère cruciales.

En effet, après avoir présenté, plusieurs semaines durant, la décision concernant la candidature du chef de l’Etat à un 5ème mandat comme étant acquise, le patron de l’ex-parti unique fait marche-arrière. Un rétropédalage étrange. « Nous n’avons jamais dit que le FLN a présenté la candidature du président Bouteflika. Nous avons dis que nous souhaitons qu’il continue sa mission », affirme-t-il, à l’occasion d’une réunion, aujourd’hui, avec les chargés de communication des mouhafada de son parti.

Taper sur les doigts

Djamel Ould Abbas réitère par la même occasion son refrain habituel: « Seul Abdelaziz Bouteflika peut décider de se porter candidat ou non ». S’est-il fait taper sur les doigts ? A-t-il été rappelé à l’ordre? En tout cas, la déclaration du patron du FLN est étrange. Car l’homme a entretenu la confusion sur la question pendant de longues semaines. Depuis le début du mois de mars dernier, Djamel Ould Abbas n’a pas cessé de parler de la candidature du président Bouteflika. Il paraissait même rassuré que le président Bouteflika a décidé de briguer un autre mandat.

700 000 militants

Il y a deux jours, à Oran, il avait même affirmé, devant ses militants, « que la présidentielle de 2019 sera fermée pour le FLN », en faisant allusion à la question de la candidature de Abdelaziz Bouteflika au nom de son parti. Auparavant, le secrétaire général du FLN affirmait que « 700 000 militants du FLN veulent voir le chef de l’Etat briguer un autre mandat ». En tout cas, l’ex-parti unique prépare le terrain à l’annonce officielle du cinquième mandat. Djamel Ould Abbas installe déjà les comités de soutiens, à l’image de « Jil Bouteflika » qui regroupe les organisations des étudiants.

Nouvelle tactique

Pourquoi a-t-il fait marche arrière alors ? S’agit-il d’une nouvelle tactique ? Tout est possible. Il est à rappeler que le FLN est le seul parti proche du pouvoir qui accentue sa communication autour de la présidentielle de 2019 et du cinquième mandat. Ses partenaires habituels ne partagent pas sa démarche. Le RND du premier ministre, Ahmed Ouyahia, le MPA et TAJ ne se sont pas prononcés sur le sujet pour l’instant, même s’il est certain qu’ils s’aligneront dès qu’il y aura l’annonce officielle de la candidature du président de la république.

 

Mégabannière (728x90)