Présidentielle 2019: les trois groupes parlementaires du conseil de la Nation appellent le président Bouteflika à se porter candidat

Le front de libération nationale (FLN) et le rassemblement national démocratique (RND) renforcent leur suprématie sur les institutions élues.

Crédit photo: DR | Hémicycle sénat Algérie

Grand Angle (300x600)

Les trois groupes parlementaires représentés au conseil de la Nation (FLN, RND et le tiers présidentiel) ont appelé, lundi dans un communiqué, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika à se porter candidat, deux jours après l’appel lancé par les partis de l’alliance présidentielle FLN, RND, MPA et TAJ.

Les trois groupes disent être « Conscients de l’importance de la prochaine échéance électorale dans le processus d’édification et de construction de l’Etat de droit lancé par son Excellence le président de la République depuis son accession au pouvoir en 1999, conscients des enjeux et défis qui se posent à la Nation et fiers des multiples réalisations, des acquis accomplis et des réformes profondes opérées dans la sécurité et la stabilité, les groupes parlementaires du conseil de la Nation appellent M. Abdelaziz Bouteflika, qui a dirigé l’Algérie avec sagesse et clairvoyance dans un monde instable et exposé à des périls incontournables aux plans sécuritaire, politique, économique et financier, à poursuivre la direction du pays » , lit-on dans le communiqué.

Contribuer à la réussite de la campagne électorale

Malgré l’appel au boycott et « la non reconnaissance » du prochain scrutin par quelques partis d’oppositions qui estiment que les jeux sont faits d’avance, les trois groupes parlementaires ont exprimé « leur soutien absolu à sa candidature et ce qu’il pourrait proposer comme mesures complémentaires à son programme dans une démarche d’approfondissement du processus démocratique, de consolidation des réformes économiques et de poursuite de l’action dans le cadre de la justice sociale ».

Les parlementaires « du pouvoir » ont annoncé « leur disposition à contribuer à la réussite de la campagne électorale de cette échéance », et affirment n’avoir « aucun doute que les citoyens et citoyennes sont conscients de l’importance de cette échéance et qu’ils se rendront le 18 avril prochain aux urnes pour participer massivement à l’élection Présidentielle en vue de choisir le processus de renforcement de la sécurité et de la paix et de raffermissement du développement » en poursuivant « l’engagement avec l’Homme dont les réalisations ont établi la justesse de la politique adoptée depuis deux décennies ».

Adsence Milieu article