Suivez-nous

Société

Pourrissement à Air Algérie : La direction “s’entête” et les PNC dénoncent “des mesures abusives”

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© DR | Grève du personnel navigant d'air Algérie
© DR | Grève du personnel navigant d'air Algérie

Les représentants du personnel Navigant commercial d’Air Algérie réfutent les accusations portées dans le dernier communiqué de la compagnie nationale, dans lequel, les PNC sont accusés d’avoir “enclenché une grève illégale”. Ces derniers précisent que leur action “n’était qu’un débrayage de 3 heures ( 08 H jusqu’à 11H ), jusqu’à ce que les suspensions pleuvent sur les protestataires dont les 7 membres du sydicat”, nous confie Farid Boucetta, membre des grévistes et président du Syndicat National du personnel Navigant Commercial Algérien (SNPNCA).

Un tel mouvement a été observé il y’a deux semaines par les PNC et les vols ont bien repris après trois heures de temps. Les personnels navigants dénoncent leurs conditions de travail “insoutenables”, car pour Farid Boucetta, “les PNC sont devenus un danger à bord et non pas un outil de sécurité et de sureté”.

Le débrayage de ce matin a été enclenché pour dénoncer “le non respect du régime de travail”, “le temps de repos”, “la réduction du nombre des équipages”. Pire, “Si un PNC tombe malades, il sera suspendu et il verras ses points chuter” ajoute Farid.

Dans son communiqué, Air Algérie précise que cette grève est enclenchée par le SNPNCA, mais selon une autre source auprès des PNC, cet argument est totalement “fallacieux”, car ” la grève a été décidée par tous les PNC et non par le syndicat, d’ailleurs, même l’huissier de justice qui s’est déplacé ce matin a constaté cela”. Notre source précise que la situation a été gérée par la direction d’une “marnière extrémiste”, car “ce matin les vols ont été perturbés à cause du brouillard jusqu’à 10 heures, et nous devions reprendre les vols une heure plus tard”.

” Aucune voie de dialogue ne nous est parvenue de chez l’employeur “

Selon Farid Boucetta, ” les dirigeants de la compagnie ont prétendu qu’ils n’avaient pas d’interlocuteurs coté PNC. C’est totalement faux, car après le pourrissement de la situation à cause d’une quarantaine de suspensions distribuées vers 10H30, les PNC ont décidé de bloquer les vols jusqu’à leur ( suspensions Ndlr ) annulation”, surtout que pour l’heure, ” aucune voie de dialogue ne nous est parvenue de chez l’employeur”.

Le président du syndicat conclu et regrette ” l’entêtement de a direction qui refuse de satisfaire les revendications liées aux conditions de travail du personnel, qui ne coutent pas en réalité une fortune à la compagnie”.

” Demain, les vols seront perturbés au maximum “

Une autre source nous précise que “le protocole salarial signé avec l’ancien PDG Mohamed Abdou Bouderbala a été gelé par l’actuel PDG, monsieur, Bakhouche Alleche”.

Dans un communiqué publié ce soir, le SNPNCA se demande ” à qui rime cette provocation et a qui elle profite ? “.

Les vols de la compagnie seront “perturbés au maximum demain si la situation n’est pas prise au sérieux par la direction qui, pour débloquer la situation, a fait appel à des stagiaires aujourd’hui” conclut monsieur Farid Boucetta.

Société

Coronavirus : Les queues de la semoule, une source intarissable du virus

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | faible approvisionnement en semoule et en farine
© DR | forte demande sur la semoule

L’Algérie enregistre, pour la première fois, un nombre trop élevé de cas confirmé de coronavirus en une journée : 132 personnes atteinte et 9 décès. Le nouveau bilan communiqué, cet après-midi, fait état de 716 personnes touchées par le nouveau coronavirus, 44 décès et 46 guérisons.

La situation fait peur. L’inquiétude prend aussi de l’ampleur quand on voit ces scènes de bousculade devant les commerces de la semoule et de la farine. La pénurie de ces produits qui dure depuis plusieurs semaines, pourrait favoriser la contamination au Covid-19.

Et pour cause, aucune précaution n’est prise pour éviter une éventuelle propagation de la maladie ravageuse. En effet, on assiste presque quotidiennement à des scènes surréalistes dans la majorité des grandes villes du pays.

Des files ininterrompues, des bousculades et des foules compactes devant les commerces de la semoule et la farine. Par plusieurs dizaines, des citoyens, généralement des pères de familles, mènent une course dangereuse pour l’acquisition d’un sac de semoule ou de farine.

Des produits devenant introuvable. Effectivement, les tentatives des autorités de rassurer sur la disponibilité de la semoule et de la farine se sont avérées vaines. Puisque la pression persiste sur les minoteries.

Les consignes données pour respecter la distanciation en respectant la distance d’au moins un mètre entre un client et un autre sont difficiles à respecter dans cette situation. C’est que nous avons constaté dans plusieurs endroits d’Alger.

Sur la rue Belouizdad, dans la commune de Sidi M’hamed, plusieurs dizaines de citoyens se sont agglutinés à l’entrée d’un commerce de vente de ce produit, dépendant d’une minoterie public.

En rangs très serrés, ces personnes ont attendu, de longues heures durant, l’ouverture de ce commerce et le début de la vente de ce produit « rare ». A Reghaïa, dans la banlieue est de la capitale, un autre palier a été franchi.

C’est dans un espace confiné, le centre commercial El Baraka en l’occurrence, qu’une foule considérable s’est amassée et s’est copieusement bousculée pour un sac de semoule, sans que cela ne fasse réagir les autorités.

Depuis quelques jours, des internautes partageaient des vidéos sur des scènes similaires qui se sont produites dans plusieurs régions du pays, où l’on voit bien que les personnes cherchant la semoule et la farine, ne respectent aucune règle de sécurité. Certain médias font même état de décès de deux personnes dans des bousculades autour de la semoule dans une wilaya de l’Est du pays.


Rezig occupé à faire des selfies

Que font les autorités pendant ce temps ? N’ont-elles donc pas mesuré l’ampleur du danger ? Pour l’instant rien n’est décidé pour arrêter le massacre. Le ministère du Commerce dont la tâche principale est de réguler le marché est occupé, visiblement, par d’autres objectifs.

Au lieu de tenter de réfléchir à la manière d’organiser ce commerce, le ministre en charge du secteur, Kamel Rezzig n’a rien trouvé que d’aller faire des selfies dans certains marchés.

Dans une volonté de soigner son image et de se montrer à l’opinion qu’il travaille, ce dernier, accompagné d’équipes de chaînes de télévision et de photographes, pose ostentatoirement devant des étals de commerce et devant des stocks de semoule.

Lire la suite

Société

Coronavirus : l’Algérie enregistre son plus lourd bilan, 132 cas et neuf décès en 24H

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Coronavirus

132 cas supplémentaires et neuf nouveaux décès ont été recensés ces dernières 24h, a annoncé ce mardi 31 mars, la commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus.

Avec ces nouveaux chiffres qui portent à à 716 le nombre total de contaminations dont 44 morts, l’Algérie enregistre son plus lourd bilan depuis le début de la pandémie.

Concernant les nouveaux cas de décès, la commission informe que quatre (04) ont été enregistrés à Blida tous des hommes âgés respectivement de 32, 56, 72 et 73 ans. Tandis que deux (2) ont été enregistrés à Sétif, un (1) à Oran, un (1) à Tipaza et (1) à Bordj Bou Arreridj.

La même source fait état de neuf (09) nouveaux cas de guérisons portant le nombre total à 46.

Lire la suite

Société

29 morts et 653 blessés dans les accidents de la route en une semaine

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Les accidents de la route continuent de faucher les vies humaines

29 personnes ont trouvé la mort et 653 autres ont été blessées dans les accidents de circulation enregistrés durant la période du 22 au 28 mars, indique un bilan hebdomadaire de la protection civile.

Le bilan le plus lourd a été enregistré à M’sila avec 6 morts et 29 blessés survenus dans 21 accidents de la route.

par ailleurs, les équipes de secours de la protection civile ont effectué, durant la même semaine, 579 interventions pour l’extinction de différents incendies, industriel, urbain et autres.

Les accidents de la route continuent de faucher les humaines même au temps du coronavirus où la circulation automobile a diminué du fait des mesures des autorités au fins d’endiguer la propagation de la pandémie.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR