Connect with us

Politique

Pourquoi le FFS a décidé de participer aux élections locales

Published

on

© INTERLIGNES | Le Premier secrétaire du FFS Youcef Aouchiche et le membre de l'instance présidentielle Hakim Belahcel
© INTERLIGNES | Le Premier secrétaire du FFS Youcef Aouchiche et le membre de l'instance présidentielle Hakim Belahcel

Le parti du Front des Forces Socialistes (FFS) a annoncé ce samedi 10 septembre sa participation aux élections locales prévues le 27 novembre prochain. Alors que le parti avait rejeté le référendum du 1er novembre dernier et les législatives du 12 juin, il estime que sa décision d’aller vers ces élections locales « est une décision stratégique pour contrer toutes les parties qui veulent frapper la stabilité nationale ».

C’est lors d’une conférence de presse animée ce samedi au niveau du siège national par le premier secrétaire, Youcef Aouchiche, le membre de l’instance présidentielle Hakim Belahcel et le chargée de la communication par intérim Walid Zanabi que cette décision, prise à l’unanimité vendredi par les membres du Conseil nationale, a été annoncée.

« Après un débat riche et responsable, le conseil national du parti a plaidé unanimement en faveur de la participation du FFS aux élections locales anticipées, prévues pour le 27 novembre prochain », a-t-on fait savoir.

Le parti qui avait décidé de rejeter les deux rendez-vous électoraux précédents a justifié sa décision d’aller vers les élections locales du 27 novembre prochain en indiquant que le pays « traverse un moment crucial et qu’on doit renforcer nos rangs plus que jamais ».

« La décision de participer à ces élections est un choix stratégique et politique qui s’impose afin de contrer les parties qui veulent perturbé la stabilité et la sécurité nationales », a indiqué le Premier secrétaire du FFS.

Pour sa part, Hakim Belahcel a indiqué que la participation du FFS aux prochaines élections « permettra d’accompagner le peuple dans cette conjecture sensible ».


« A quoi sert un parti politique sans ses représentants au niveau du peuple. Notre non-participation je la considère comme une non-assistance à un pays en danger où une région en danger comme la Kabylie », a plaidé Hakim Belahcel.

Et d’ajouter: « Pour nous, les Assemblées Populaires de Wilayas et Communales (APC/APW) c’est une tribune de démocratie que certains veulent remettre entre les mains du système et on l’acceptera jamais ».

« La participation aux élections n’enlève pas le statut d’opposant »

Poursuivant dans sa plaidoirie, le Front des Forces Socialistes a dit « faire la différence entre le pouvoir et le système d’un coté et l’Etat de l’autre ».

« Participer à quelconque élection ne pourra pas enlever le statut d’opposant à quelqu’un et ne pourra pas compromettre l’opposition visant à l’instauration d’un état de droit et le changement radical du système », a argué Youcef Aouchiche.

Et d’ajouter: « cette organisation et le cadre juridique ne permettent pas des élections transparentes mais si le peuple algérien se mobilise sur les quatre coins du pays, il aura l’occasion d’élire ses représentants surtout au niveau local pour l’accompagner dans ses luttes quotidiennes » .

Pour Youcef Aouchiche,« le changement radical du système ne s’opérera pas qu’à travers des élections mais il faut une lutte quotidienne ».

Poursuivant, le Premier secrétaire du FFS s’est dit « conscient » que l’Algérie traverse une conjecture difficile notamment sur au niveau socio-culturel. C’est pourquoi, estime-t-il, le représentant local « sera un appui aux citoyens dans cette période sensible que traverse l’Algérie ».





Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR